La Belgique dans l’empire de Napoléon

Lorsque Napoléon Bonaparte prend le pouvoir en 1799, les Belges, comme les Français, commencent par lui faire confiance : il restaure la religion et fait rédiger des lois dont beaucoup existent encore de nos jours. Il relance l’industrie. Le pays prospère.

Mais l’ambition de Napoléon n’a pas de limites. Il supprime la république, se fait proclamer empereur et crée une nouvelle noblesse.

Pour accroître son empire, il mène de nombreuses guerres contre ses voisins. Ces guerres coûtent cher, sont de plus en plus meurtrières, paralysent le commerce et enlèvent les paysans à l’agriculture.

Malgré les victoires de Napoléon, les Belges se détournent de lui : les déserteurs sont nombreux. Ils sont emprisonnés et durement traités. Si on ne les prend pas, on emprisonne leurs parents. Bientôt, Napoléon est surnommé l’ogre, car il exige chaque année plus de soldats, qui souvent ne reviennent pas.

Dans son empire, les libertés n’existent plus. Une police omniprésente et soupçonneuse surveille tout.

Longtemps vainqueur, l’empereur sera finalement battu, près de Waterloo, le 18 juin 1815, par les troupes anglaises, allemandes, hollandaises et belges commandées par le général anglais Wellington et le général prussien Blücher.

Pour aller plus loin