Curio Junior : Les vêtements

Petite histoire des vêtements...

... à travers les âges !

Aujourd’hui, lorsque tu as un peu froid, il te suffit d’aller dans ta garde-robe pour en ressortir un gros pull ou une veste bien chaude. Tu peux également facilement te rendre dans un magasin où tu trouveras toutes sortes de vêtements tous plus jolis les uns que les autres.

Mais cela n’a pas toujours été le cas ! Durant la préhistoire, le climat n’était pas le même partout. Il y avait des endroits où il faisait très chaud et où l’Homme pouvait vivre nu. Dans d’autres régions, par contre, il faisait froid, surtout l’hiver. Et pour résister aux intempéries, l’Homme dut se couvrir.

Comment est né le premier vêtement ?

En rapportant vers son campement la carcasse d’un animal qu’il venait d’abattre, l’Homme a dû se rendre compte que l’épaule sur laquelle reposait la carcasse était bien au chaud, de la même manière que le côté de son dos sur lequel descendait sa proie. De plus, la sensation de la peau de bête sur sa peau à lui était très agréable.

Une fois la bête mangée et le clan repu, le froid étant toujours là, il a sans doute repris les restes de l’animal, il en a ressorti cette peau bien chaude et douce, et il l’a remise sur ses épaules. C’était doux, il avait bien chaud : le premier vêtement venait d’être inventé ! Et c’était il y a 650 000 ans !

À partir de ce moment-là, l’Homme ne jeta plus les peaux. Il les nettoya parfaitement pour enlever les restes de chair, en les raclant avec un caillou puis en les tannant pour en faire du cuir.

Mais bien souvent, la peau d’un seul animal ne suffisait pas pour couvrir tout le corps. Ils eurent alors l’idée d’en faire tenir plusieurs ensemble. Ils découvrirent, il y a un peu plus de 40 000 ans, l’usage des aiguilles faites avec de petits morceaux pointus d’os ou d’ivoire pour faire des trous dans les peaux et les assembler avec des fils faits de nerfs d’animaux ou de fibres végétales.

La laine

Plus tard, l’Homme inventa le fil en tordant finement les touffes de poils d’animaux comme celles des brebis ou des chèvres. Il venait d’inventer l’art de filer la laine.

Depuis longtemps, l’Homme savait tresser l’osier et la paille pour confectionner des paniers ou des nattes. C’est lorsque que l’un d’entre eux essaya de faire la même chose avec du fil de laine qu’il inventa le premier tissu, une découverte très importante qui permit petit à petit de se passer des peaux pour se couvrir.

Le savais-tu ?

Il y a 200 ans, les dames, lorsqu’elles voulaient se baigner, avaient pour maillot de bain une robe en laine… pas très pratique !

Le métier à tisser

L’art de fabriquer des tissus progressa rapidement et se répandit dans tous les villages. Pour aller plus vite, et avoir plus de facilité pour tendre les fils que l’on voulait tisser, on inventa une ingénieuse machine, une des premières : le métier à tisser.

En plus de la laine des animaux, nos ancêtres cherchèrent à faire des fils à tisser avec des plantes. Ils en trouvèrent, comme le lin, le chanvre, le coton qui donnaient des fibres très souples et résistantes après qu’on les ait filées.

Non content d’avoir des peaux et des tissus bien chauds pour se protéger du froid, l’Homme voulut que ces vêtements fassent de lui le plus beau, le plus regardé du village ou du clan. 

S’étant aperçu que certaines plantes laissaient de la couleur sur ses doigts quand il les pressait, il eut l’idée d’en écraser en quantité pour recueillir plus de couleur et en recouvrir ses habits ou les tissus. La teinture était née.

À partir de ce moment, l’Homme eut tout à sa disposition : le cuir, les peaux, les tissus, les aiguilles, les fils, les métiers à tisser et la teinture. Les vêtements existaient. Il ne lui resta plus qu’à inventer la mode…

Petites infos insolites....

... mais vraies !

Les chemisiers des hommes et des femmes ne se ferment pas du même côté ! Tu ne nous crois pas ? Hé bien fais le test ! Cette tradition remonte au Moyen Âge, les chemisiers des femmes étaient conçus pour pouvoir s’ouvrir de la main gauche : la femme pouvait alors tenir son bébé de la main droite pour lui donner le sein.

Au Moyen Âge, on pouvait distinguer les différentes classes juste aux couleurs des vêtements : les nobles portaient du rouge, les paysans étaient en gris ou en marron et le vert était réservé aux marchands et aux banquiers. Le prix était défini en fonction des teintures et des pigments qui coûtaient plus ou moins cher !

Si aujourd’hui on coud des boutons sur les manches de vestes, c’est tout simplement parce que c’est joli. Mais à l’époque de Napoléon, c’était pour une autre raison : pour garder les uniformes le plus propre possible, l’empereur français a fait rajouter des boutons en laiton sur les manches de ses soldats… histoire qu’ils ne puissent plus se moucher dans leurs manches !

La célèbre marque de sous-vêtements DIM tire son nom de « dimanche », car le dimanche, les gens se faisaient beaux et les dames mettaient plus facilement des beaux bas en nylon.

Depuis le 27 mars 1858, la marinière est une pièce obligatoire de l’uniforme du marin et elle ne peut pas être n’importe comment : 21 lignes blanches encadrées par 20 lignes bleues !

Le « smoking », qui désigne un costume de cocktail, était bien comme son nom l’indique un vêtement de fumeur à son origine : le « smoking suit » était une veste que les hommes portaient en Angleterre uniquement pour aller au fumoir, évitant ainsi les odeurs de tabac et les éventuels dégâts des cendres sur leurs vêtements.

Beaucoup de gens pensent que les mites mangent les vêtements : en réalité ce n’est pas la mite elle-même, mais sa larve qui s’attaque à nos lainages. Les adultes trouvés sur les tissus ne sont pas en train de les manger, mais d’y pondre ou de chercher un lieu de ponte.  Ils se repèrent facilement puisqu’il s’agit de petits papillons de couleur argentée.

Le bikini tire son nom d’une des îles Marshall, dans le Pacifique. Louis Réard, son inventeur, le présenta pour la première fois à Paris le 5 juillet 1946, 5 jours après la première explosion nucléaire américaine dans l’île Bikini. Il espérait que son vêtement aurait un impact médiatique aussi important que celui de la bombe.

Ces vêtements volés à l'anglais

Oh my god !

Tu ne le sais peut-être pas, mais certains vêtements que nous portons au quotidien ont des noms qui viennent de l’anglais. Ce sont des « anglicismes », c’est-à-dire des mots qu’on a empruntés à la langue anglaise et qu’on utilise désormais couramment en français, parfois même avec une autre signification que celle d’origine !

Le pull

Le terme français « pull » est un raccourci du terme anglais « pullover ». À l’origine, les anglophones parlaient de « pullover sweater », ce qui signifie des chandails (sweater) que tu mets (pull) par-dessus (over) tes autres vêtements. Avec le temps et par facilité, le terme a été raccourci en pullover, puis repris en français et abrégé une nouvelle fois en pull ! 

Le sweatshirt

Souvent raccourci en « sweat » (généralement prononcé par les francophones “swit” alors que les anglophones disent “swèt”), le sweatshirt est la combinaison de deux mots anglais : « sweat », qui signifie « transpiration », et « shirt », qui signifie « chemise ». Le sweatshirt est donc une « chemise dans laquelle on peut transpirer » ! 

Même si on est d’accord, cela ne ressemble en rien à une chemise…

Le jogging

Le mot « jogging » vient du verbe anglais « to jog », qui signifie « courir à vitesse moyenne ». Le terme jogging désignait donc, à l’origine, l’action de courir lentement. Il est passé dans la langue française et a ensuite été employé pour désigner le vêtement porté pour pratiquer cette activité. Attention cependant, les anglophones n’utilisent pas le mot « jogging » pour désigner un survêtement ! Ils parleront de « jogging suit » ou de « sweatsuit », ce qui veut dire littéralement « un costume pour faire du jogging » ou « un costume pour transpirer ».

Le training

Le terme « training » vient du nom commun anglais « training » qui veut dire « entraînement ». Il a ensuite été repris en français, mais s’utilise généralement pour désigner l’habit dans lequel on s’entraîne, c’est-à-dire un survêtement. Une fois encore, les anglophones n’utilisent pas le mot « training » pour parler d’un survêtement, mais bien le mot « sweatsuit ».

Le T-shirt

Le mot « T-shirt » vient de l’anglais « shirt » qui signifie « chemise ». Le « T » a été ajouté devant à cause de la forme en T de cet habit. Le T-shirt était à la base un sous-vêtement pour homme, mais est désormais un vêtement très populaire que tout le monde porte !

Le top

Le mot « top » vient du mot anglais « top » qui veut dire « haut ». Il est utilisé aussi bien en anglais qu’en français pour désigner un vêtement porté sur le haut du corps, mais désigne souvent un débardeur, un haut avec de fines bretelles donc. Et tu sais quoi ? L’adjectif « top » en français (formidable, super) peut aussi être utilisé en anglais avec la même signification ! Donc si tu possèdes un top top dans ton armoire, il sera aussi un top top en Angleterre !

Le savais-tu ?

As-tu remarqué que dans l’article, on ne parlait pas d’Anglais, mais d’anglophones ? Le terme « anglophones » se réfère aux personnes dont la langue maternelle est l’anglais (les Anglais, les Américains, les Australiens, etc.), tandis que le mot « Anglais » ne désigne que les personnes qui sont nées ou qui habitent en Angleterre. Dans l’article, nous avons donc utilisé le mot anglophone, car on parle aussi bien des Anglais que des Américains !

Quiiiiiiiz !

Sans aller relire le texte ci-dessus, tente de répondre aux questions suivantes.

Si tu as lu attentivement, tu devrais pouvoir répondre les doigts dans le nez !

(Psst ! Si tu as un trou de mémoire, aide-toi du texte quand même !)

Un anglicisme est…

C'est juste 🙂 Faux 🙁

Les termes « jogging » et « training » désignent un survêtement…

C'est juste 🙂 Faux 🙁

Le mot « shirt » en anglais signifie…

C'est juste 🙂 Faux 🙁

Le mot « top » vient du mot anglais « top » qui veut dire…

C'est juste 🙂 Faux 🙁

Les vêtements
Oups…

Pas mal !

Génial !

Parfait !

As-tu l'âme d'un(e) styliste ?

Laisse s’exprimer le/la styliste qui est en toi et habille les petits personnages au gré de tes envies !

Clique ici !

Cherche et trouve !

Ouvre l'oeil...

Demande à tes parents et/ou tes frères et soeurs de jouer avec toi.

Découpe les cartes et mélange-les dans un saladier.

Chacun à son tour, un joueur tire au sort une des cartes et la pose sur le table. Le premier qui trouve le vêtement sur le plateau de jeu a gagné.

Pour télécharger le jeu, clique ici !

L'activité verte...

... qui fait du bien à la planète !

avec Drôle de Planète

Les vêtements, on a souvent tendance à en acheter beaucoup (trop), à les accumuler et à ne plus savoir qu’en faire. L’occasion de faire plaisir aux plus démunis, heureusement !

Mais si l’on y réfléchit bien, ne consomme-t-on pas trop ? En cette période de confinement, on achète moins, on dépense moins, on se déplace moins. Vit-on moins bien pour autant ?

C’est l’occasion de faire le point avec tes parents, sur ta consommation, sur ton argent de poche, sur tes dépenses de manière sympa, en menant une petite enquête avec Drôle de Planète…

Pour cela, clique ici !

Pour aller plus loin dans cette réflexion, tu peux aussi mesurer la consommation de viande par jour, faire des relevés des compteurs d’eau, d’électricité, calculer les volumes de déchets produits…