Organiser un escape game à la maison : c’est possible !

Après plusieurs semaines de confinement, le temps commence à sembler long, très long à toute la petite famille. Après avoir réalisé 189 dessins, construit 18 cabanes, préparé 33 gâteaux, regardé 96 films et sillonné le jardin des heures durant, il faut bien l’avouer, les enfants arrivent à court d’idées pour s’occuper. Et vous aussi…

Et si vous « funisiez » davantage cet enfermement forcé ?

Vous êtes en panne d’inspiration pour divertir la petite famille mais vous débordez de créativité et vous aimez vous lancer des défis ? Alors nous avons la solution parfaite pour vous : organiser un espace game.

Le concept est simple mais terriblement efficace : les participants ont 60 minutes pour parvenir à s’échapper d’une salle thématique. Le concept fait des ravages depuis quelques années maintenant, les salles consacrées à cette activité atypique fleurissent aux quatre coins du pays et les adeptes de la pratique se font chaque année plus nombreux.

Puisqu’il est actuellement toujours impossible de se rendre dans ces temples du jeu, il n’y a qu’une seule solution : faire venir les escape game à vous !

Pour les moins imaginatifs, ou les plus pressés d’entre vous (et on ne vous blâmera pas, croyez-nous !), il existe énormément de super kits tout prêts à personnaliser et télécharger à des prix abordables. C’est notamment le cas de sites internet comme Happy kits par exemple, ou d’Escape kit, qui proposent des aventures variées et accessibles à tous les âges.

Pour les autres, voici quelques astuces pour élaborer un escape game digne de ce nom et à prix mini pour vos loulous !

Première étape : choisir un scénario

La première étape, essentielle, c’est de définir l’histoire et, surtout, l’univers dans lequel vous souhaitez faire évoluer vos enfants. Réfléchissez tantôt aux thématiques et aux ambiances qui leur plaisent, tantôt à ce dont vous disposez comme matériel à la maison pour n’avoir rien (ou presque) à acheter.

Le but est véritablement de faire voyager votre petite famille une heure durant.

Avec des pirates sur un bateau, dans l’espace avec des astronautes, dans un château avec une princesse, à Londres avec un détective, à New York avec des hommes d’affaire… Les possibilités sont très nombreuses, laissez s’exprimer votre créativité !

Une fois le thème choisi, il est important de définir un scénario bien ficelé, comme dans un film. Pour cela, il faut vous poser 3 questions :

  • Pourquoi les joueurs sont-ils enfermés ?
  • Que cherchent-ils ?
  • Que leur arrivera-t-il s’ils échouent ?

Cela vous aidera à poser des bases solides à votre histoire.

Afin de ne pas perdre le fil de votre récit et d’assurer une véritable cohérence à votre escape game, le mieux est d’établir un plan, un organigramme, soit sur papier ou à l’aide de post-its, soit sur ordinateur. Visualiser le parcours que vous proposez dans son ensemble vous permettra d’y voir plus clair et d’éviter les incohérences.

Astuce

Le but de l’escape game, c’est de faire voyager les jeunes joueurs et de susciter de véritables émotions. L’aspect narratif s’avère donc primordial. Afin de permettre à vos enfants d’entrer dans l’ambiance du jeu dès les premières secondes, proposez-leur une explication de départ efficace, courte et, si possible, vivante. Une vidéo de vous revêtant le costume de votre choix aura bien plus d’impact qu’une feuille de texte à lire.

Deuxième étape : choisir le lieu et le décor

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’espace d’enfermement a toute son importance. S’il est trop petit, les joueurs (selon leur nombre) risquent de se marcher les uns sur les autres. En revanche, si l’espace est trop vaste, les joueurs risquent de ne pas se laisser porter par l’atmosphère que vous avez souhaité créer. Tout dépend évidemment de l’univers que vous aurez choisi mais de manière générale, l’idéal est d’opter pour une pièce de taille moyenne.

Si votre histoire le justifie, vous pouvez également décider de faire commencer le parcours dans un espace exigu, une placard à balai par exemple, pour ensuite faire évoluer les joueurs dans un second espace plus grand.

Côté décor, il importe de tenir compte de deux aspects essentiels : le thème (attention à ne pas choisir des objets anachroniques ou incohérents par rapport au thème de l’escape game) et ce dont vous disposez.

L’heure est alors aux fouilles archéologiques dans le grenier, dans la cave ou dans l’abri de jardin, à la recherche de petits trésors oubliés. C’est parfois en cherchant que l’inspiration vous viendra…

Pensez également aux objets faits maison qui vous offrent de nombreuses possibilités. Il est par exemple très facile de construire une bombe, en utilisant quelques rouleaux de papier essuie-tout superposés et scotchés en guise de bâtons de dynamite.

Poser d’étranges étiquettes sur des bouteilles d’eau, construire un coffre-fort en carton, utiliser des pièces en chocolat pour en faire un précieux trésor, vieillir du papier pour en faire un parchemin… laissez-vous guider par les objets de votre quotidien.

Pensez également à certains objets pouvant servir l’énigme et faire avancer les joueurs. Un tableau peut être accroché au mur pour son aspect décoratif ou parce qu’un détail doit y être observé pour résoudre le mystère.

N’oubliez pas non plus de créer une véritable ambiance musicale et/ou lumineuse qui portera davantage les joueurs dans leur quête.

Troisième étape : les énigmes

Les énigmes constituent probablement l’étape la plus compliquée. Mais à nouveau, pas besoin d’être un génie pour proposer des jeux et des énigmes de qualité. Il suffit, à nouveau, de se creuser un peu la tête.

Vous disposez de cadenas (à clé, à chiffres…), de boîte à serrure ou de vieux coffres ? Formidable, servez-vous-en ! Les mécanismes de d’ouverture sont des incontournables des escape game. Vous pouvez alors en cacher la clé quelque part ou proposer une énigme, un code à déchiffrer pour déverrouiller le cadenas ou la porte. Recourir aux 5 sens (avec de l’encre sympathique, des bruits ou un message à écouter, des choses à goûter…) se révèle également toujours être très amusant. N’hésitez pas non plus à recourir aux éventuels moyens technologiques dont vous disposez pour apporter une autre dimension au jeu.

Si vous manquez d’idées ou de matériel, il est également possible d’opter pour des petits jeux et énigmes à résoudre sur papier (le net regorge de devinettes, de labyrinthes, d’énigmes mathématiques…) à cacher aux quatre coins de la pièce. Ainsi, les enfants doivent fouiller un peu partout à la recherche de nouveaux défis. Le puzzle grandeur nature s’avèrera lui aussi très efficace pour motiver vos troupes dans cette quête grandeur nature.

Afin de ne pas lasser les joueurs, l’idéal est de ne pas opter (dans la mesure du possible) pour une structure de jeux trop linéaire : un jeu, qui mène un autre, qui lui-même mène à un autre. N’hésitez pas à pimenter un peu le jeu en multipliant les axes de jeu. Découvrir un indice et devoir le mettre de côté pour la suite peut s’avérer particulièrement palpitant pour les joueurs, qui savent ainsi que quelque d’autre les attend encore.

Dernière étape : la vérification

Une fois que tout est prêt et installé, il est temps de tester le jeu et de vérifier que tout est en place. Les objets et énigmes sont-ils suffisamment visibles ? Ne le sont-ils pas trop ? Y a-t-il un parcours logique qui se dessine ? Les joueurs ne risquent-il pas de tomber dans une impasse ? Avez-vous pensé à plusieurs indices permettant de les guider au besoin ? Les joueurs disposeront-ils d’assez de temps pour tout faire ?

Une fois cette check-list passée en revue et les éventuels ajustements faits, il ne vous reste plus qu’à songer à une petite récompense : un petit diplôme personnalisé ou quelques friandises seront toujours très appréciés…

Bon amusement !