Sommeil : les effets sur le développement et le comportement des enfants

Sommeil : les effets sur le développement et le comportement des enfants

Une bonne journée commence toujours par une bonne nuit, et ce, à plus forte raison encore en ce qui concerne les enfants.

Alors zhou, enfilez leur pyjama et lisez ceci !

En effet, c’est durant les heures de sommeil que l’enfant :

  • Fixe et consolide ses apprentissages (langage, motricité, savoirs appris, émotions…) et développe son raisonnement logique ;
  • Apprend à réagir aux situations problématiques et développe des stratégies ;
  • Se prépare à être plus (longtemps) concentré durant la journée qui suit ;
  • Se développe physiquement, grandit ;
  • Renforce son système immunitaire ;

Un sommeil de qualité est donc primordial et constitue le terreau essentiel à l’épanouissement et à la croissance de l’enfant.

Combien de temps doit donc durer une nuit idéale ?

Les études menées dans le domaine démontrent que :

  • Avant l’âge de 4 mois, les habitudes et besoins en matière de sommeil varient beaucoup d’un nourrisson à l’autre.
  • De 4 à 12 mois, 12 à 16 heures de sommeil (nuit et siestes cumulées) seraient idéales.
  • De 1 à 2 ans, les enfants devraient dormir entre 11 et 14 heures sur leur journée, entre 10 et 13 heures pour les enfants de 3 à 5 ans (notez qu’à l’âge de 4 ans, nombreux sont les enfants qui ne font plus de sieste).
  • À partir de 6 ans, et ce, durant les six années qui suivent, 9 à 12 heures de sommeil resteraient nécessaires pour être en bonne santé.

Les réveils difficiles, l’hyperactivité et l’agressivité, la maladresse, le désintérêt, l’irritabilité ou encore une mauvaise santé sont les conséquences les plus courantes d’un manque de sommeil, et constituent autant de signes auxquels le parent doit être attentif et qui doivent l’alarmer.

Comment favoriser un sommeil calme et réparateur ?

Il est vrai que le sommeil et la facilité à l’endormissement sont des paramètres aléatoires sur lesquels ni l’enfant ni le parent n’a de prise. Mais il existe tout de même une série de paramètres à surveiller et des habitudes propices aux nuits paisibles à instaurer.

Il est tout d’abord primordial d’installer une routine. En effet, il est vivement recommandé de définir une heure de coucher et une heure de lever à respecter autant que possible, même les week-ends et jours de vacances. Aussi, prendre des habitudes d’avant dodo (raconter une histoire, par exemple) rassure et apaise l’enfant avant de s’endormir.

Mais l’endormissement doit également se préparer sur le long terme. Effectivement, l’enfant ne doit idéalement pas avoir pratiqué d’activité excitante et stimulante (courir, jouer…) trop tard, doit avoir fini ses devoirs assez tôt dans la soirée (l’activité cérébrale ayant ainsi le temps de diminuer) et ne pas avoir été confronté à un écran. Outre le fait que les écrans de télévision et de smartphones stimulent l’activité cérébrale, la luminosité qui s’en dégage défavorise le repos du cerveau. Il est enfin recommandé de faire attention aux estomacs : un ventre trop plein ou un ventre vide complique l’endormissement. Veillez donc à ne pas manger trop tard, laissant ainsi au moins deux heures à l’enfant pour digérer ni trop tôt, auquel cas une collation légère est recommandée. Il est également conseillé de ne pas consommer d’aliments excitants, contenant de la caféine ou du sucre par exemple.

Bonne nuit !