L’encadrement différencié en Fédération Wallonie-Bruxelles

L’encadrement différencié en Fédération Wallonie-Bruxelles

D’emblée, disons que le principe est assez similaire aux discriminations positives (les « D+ » pour ceux qui en auraient entendu parler, mais cette dénomination n’existe plus officiellement depuis 2010) la plupart de ces écoles se retrouvant d’ailleurs dans ce processus d’encadrement différencié.

Ces écoles bénéficient d’un encadrement différencié, dans ce cas, supérieur. Concrètement, elles reçoivent des moyens de fonctionnement supplémentaires, supérieurs à ceux d’une école ayant le même nombre d’élèves mais n’étant pas dans le même cas.

Pourquoi des moyens supplémentaires pour ces écoles ?

Parce qu’elles reçoivent un public a priori plus difficile à scolariser. Pour déterminer si une école peut en bénéficier, un calcul est effectué. D’abord chaque quartier de Belgique a reçu un score prenant en compte différents critères socio-économiques (revenu par habitant, niveau de diplômes, taux de chômage et d’activité, taux de bénéficiaires du revenu mensuel minimum moyen garanti, activités professionnelles, confort des logements). Chaque enfant inscrit dans l’école, apporte avec lui le score attribué au quartier de résidence. Ensuite ceux-ci sont donc additionnés. D’autres éléments d’ajustement peuvent encore entrer dans le calcul et la position de l’école par rapport aux autres.

En fonction de ce score socio-économique on détermine au sein de l’ensemble de celles de la FWB, 25% d’écoles fondamentales qui recevront des subventions supplémentaires en moyens et ressources humaines. Ce statut n’est donc pas figé puisqu’il dépend à la fois des élèves inscrits chaque année et des autres écoles. Une école peut bénéficier de l’encadrement différencié une année et ne plus y figurer cinq années plus tard. Un nouveau classement est calculé tous les cinq ans.

Ces écoles doivent alors mettre sur pied un PGAED (projet général d’action d’encadrement différencié) sur les cinq années, présentant la façon dont l’équipe éducative compte utiliser cet encadrement différencié, pour quels objectifs, comment elle se propose de les atteindre. L’équipe doit aussi présenter l’évolution continue au fil des cinq années.

Ces établissements ont un public issu de milieux plus fragiles socio-économiquement, avec un taux de redoublement plus élevé. Pour ces raisons, elles ont plus de moyens (plus de subventions, plus d’enseignants et autres encadrants, plus de matériel). Les méthodologies ici ne relèvent pas particulièrement d’un courant ou d’une personne en particulier. Étant donné les projets qui y sont menés, ce sont généralement des écoles avides de relations avec leur milieu environnant, et particulièrement avec les parents.