La Belgique sous les archiducs Albert et Isabelle

La Belgique sous les archiducs Albert et Isabelle

Pour essayer de calmer la situation, Philippe II donne les Dix-sept Provinces à sa fille Isabelle et à son mari, l’archiduc d’Autriche, Albert.

À peine arrivé, l’archiduc tente de reconquérir les provinces du Nord. Albert échoue, mais la campagne a été si meurtrière que les Hollandais rentrent chez eux et qu’un armistice de douze ans est instauré.

Sous l’impulsion d’Albert et d’Isabelle, l’industrie et le commerce reprennent. De grands travaux comme la construction de bâtiments de prestige ou l’assèchement de marécages donnent du travail aux gens du peuple.

Les archiducs installent leur Cour à Bruxelles. Ils vivent dans leur palais, au milieu d’objets d’art exceptionnels, entourés d’intellectuels et d’artistes. Parmi eux, le peintre Rubens, représenté ici peignant le portrait de l’archiduchesse.

La mort des archiducs, qui n’ont pas eu d’enfant, met fin à cette période heureuse, les provinces belges retournent aux rois d’Espagne et les hostilités reprennent.

En 1648, le traité de Westphalie marque la fin de la guerre. L’Espagne perd la Hollande, mais conserve les Pays-Bas du sud, la Belgique, que l’on nomme pour cette raison Pays-Bas espagnols.

Nos ancêtres ne sont pas Espagnols, mais sujets du roi d’Espagne. Ils se considèrent comme Belges et veillent jalousement au respect de leurs anciens droits.