L’Ardenne, les montagnes belges

C’est dans notre Ardenne, plus précisément au signal de Botrange sur le plateau des Hautes Fagnes en province de Liège que se trouve le point culminant de la Belgique avec 694 mètres.

La butte Baltia, monticule de terre élevé en 1923 permet d’atteindre artificiellement l’altitude symbolique de 700 mètres.

C’est bien peu, mais il faut savoir que notre Ardenne est une des plus anciennes chaînes de montagnes de la planète et qu’il faut imaginer là, même si c’est difficile, des montagnes aussi hautes que celles des Alpes ou de l’Himalaya !

Que s’est-il passé ?

C’est simple. Toutes les montagnes n’ont pas le même âge.

Au cours des millions d’années de la Terre, bien des montagnes sont nées, bien d’autres ont disparu. Ainsi, l’Ardenne, le Massif central ou les Vosges, qui se sont formés en même temps, datent de 280 millions d’années.

Ce sont des montagnes « vieilles » et depuis cette époque, leurs reliefs ont été sérieuse¬ment usés par l’érosion, c’est à dire le frottement de l’eau ou du vent.

En revanche, les Alpes, par exemple, sont des montagnes « jeunes » : elles ne sont apparues qu’il y a 25 millions d’années. Leurs reliefs sont abrupts. Ils continuent même à grandir !

Une montagne, ça grandit ?

Oui, mais il faut des millions d’années pour, que les continents comme l’Afrique par exemple qui bouge et appuie sur l’Europe, fasse s’empiler de quelques centimètres par an les milliers de mètres de roches qui constituent les montagnes ! Autant dire que pour nous les humains c’est infiniment lent : jamais nous ne verrons se former une grande chaîne de montagnes.

Il en est de même pour les faire diminuer, les raboter. L’action du vent et de l’eau a pris, elle aussi, des millions d’années, pour faire de très haute montagne l’Ardenne que nous connaissons.

À propos, « Ardenne » avec ou sans « s » ?

Lorsque l’on parle du territoire, on utilise le terme « Ardenne » (au singulier) pour désigner l’Ardenne belge une région qui n’est pas une entité administrative.