Mon enfant est transgenre : comment l’accompagner ?

Comment comprendre, comment accepter l’idée même que son enfant n’est pas, au fond de lui, celui que l’on chérit depuis sa naissance ? Comment l’accompagner au mieux dans cette aventure hors du commun et fondatrice ?

C’est ce qu’a vécu, et ce que raconte dans un ouvrage fort, Elisa Bligny. 

Il y a 4 ans, alors que sa fille n’a que 15 ans, celle-ci ose enfin l’affirmer : il semble que le corps qu’elle a reçu à la naissance ne corresponde en rien à ce qu’elle ressent au fond d’elle. Un véritable cataclysme…

Mais qu’à cela ne tienne ! Si son enfant devenait une nouvelle personne,
alors ce ne serait pas sans ses proches. Sans leur appui, sans leur amour.

Elisa, courageuse et dynamique, raconte son quotidien de maman d’un nomade du genre et les étapes à suivre dans ce parcours singulier.

Été 2016 – Été 2020. On dirait le titre d’un film. Celui qui raconterait le parcours d’une famille qui a décidé d’accompagner son enfant dans le long et difficile chemin d’une réassignation sexuelle et de genre. Pourtant, il ne s’agit pas d’une fiction, mais de la réalité. L’histoire d’une enfant née fille, qui est, aujourd’hui, un jeune homme de 19 ans. Et nous sommes cette famille.
Pour en arriver à l’été 2020 donc, nous avons parcouru un long chemin, qui a débuté à l’été 2016. Après quelques mois où nous l’avons vu changer physiquement, afficher son androgynéité, atténuer sa part de féminité, nous avons dû faire face à une première phase de questionnement : pourquoi son apparence n’était-elle pas le reflet de ce qu’il ressentait à l’intérieur ? Il a fallu du temps pour qu’il nous avoue ne pas se sentir fille, car il avait la douloureuse sensation d’être « anormal ». À partir de son coming out (l’annonce volontaire d’une orientation sexuelle ou d’une identité de genre), nous l’avons accompagné dans toutes les étapes qui l’ont conduit à la personne qu’il est aujourd’hui.

Comprendre ce qui se passe

Pour commencer, nous nous sommes rendus à un groupe de paroles trans/parents pour échanger avec d’autres parents et d’autres enfants, plus ou moins grands, transgenres ou en questionnement. Nous avons tous pu échanger en totale liberté, sans avoir peur du jugement des autres. Amé s’est présenté en tant que garçon et a été tout de suite considéré comme tel. C’est peut-être la première étape à franchir et certainement l’une des plus importantes, accepter de l’appeler et de le genrer (c’est-à-dire parler de lui ou elle en utilisant le genre dans lequel il ou elle se reconnaît, et pas celui assigné à la naissance) comme il vous le demande. Ce n’est pas simple, je vous l’accorde, mais c’est vital pour lui ou elle et pour pouvoir échanger le plus sereinement possible par la suite.

Si votre enfant est jeune ou, comme ce fut notre cas, qu’il est en proie à de nombreuses interrogations pour lesquelles il n’a pas de réponses, vous pouvez décider de l’amener consulter un médecin. Cela se comprend, mais attention. Beaucoup de praticiens généralistes ne sont pas formés aux questions d’identité de genre et à la dysphorie (état de détresse de la personne transgenre, face à une inadéquation entre son sexe assigné et son identité de genre).

Il faut donc se rapprocher d’associations qui sauront vous diriger vers des personnes compétentes et bienveillantes. Vous pourrez éprouver le besoin de vous faire accompagner, vous aussi. Demandez-leur également conseil. Ils sont là pour vous écouter et vous soutenir.

Des étapes importantes

Vous serez amenés, au fil des semaines et des mois, à vivre plusieurs phases importantes qui jalonneront votre chemin vers la nouvelle personne que va devenir votre enfant. Parmi lesquelles, dans le cas d’un FtM (Female to Male, femme vers homme), le fait de se cacher la poitrine, de l’écraser, car elle est un marqueur fort d’un genre auquel il ne s’identifie plus. Mais avant d’envisager une opération appelée mammectomie ou torsoplastie, à laquelle il viendra quoique vous en pensiez et à laquelle il est préférable de se préparer, vous pouvez l’aider à choisir un binder. Cette brassière en Spandex, qui sert à comprimer la poitrine, est sans danger si elle est de bonne qualité et portée convenablement. Là encore, je ne saurais trop vous encourager de l’assister dans cet achat pour éviter tout problème de santé.

Puisque nous abordons ici le domaine médical, évoquons donc l’hormonothérapie et la prise d’œstrogènes (dans le cas d’un transgenre femme) ou de testostérone (dans le cas d’un transgenre homme). Dès le début du traitement hormonal, l’endocrinologue est là pour aider la transition et définir le traitement adapté et sûr (type de produit, fréquence des injections, etc.). À ce stade, l’automédication est fortement déconseillée. Et même après la chirurgie de réassignation sexuelle (actes qui font d’un homme une femme et inversement), il faudra continuer à prendre des hormones, toute sa vie durant, sauf contre-indications.

C’est pourquoi il est primordial, avant d’en arriver à ces étapes irréversibles, que votre enfant ait été soigneusement accompagné. Il est tout autant vital que vous ayez cheminé à ses côtés et que vous n’ayez pas hésité à poser des questions et à vous informer par tous les moyens (associations, sites Internet, documentaires, livres). En gardant toujours à l’esprit son bien-être physique et psychologique. Car rien ne sert d’aller à l’encontre de cette transition, vous vous exposeriez au risque de le perdre. Pour terminer cette quête d’une nouvelle identité, il faudra passer par la case importante du changement d’État civil : l’une des plus complexes, car nécessitant de monter un dossier pour le tribunal de grande instance (du moins, en France). Mais indispensable pour l’intégration sociale et administrative. Et, encore une fois, pour le bien-être de la personne concernée.

Aussi difficile qu’il puisse paraître, ce parcours d’une vie que vous mènerez au côté de votre fils ou de votre fille vous rendra plus curieux, plus ouverts, plus généreux. Car ce parcours est avant tout une histoire d’amour.

Elisa Bligny

Envie d’en découvrir davantage ?

Retrouvez l’histoire d’Elisa Bligny et de sa famille dans son ouvrage, “Mon ado change de genre”, paru aux éditions La Boite à Pandore.