Les guerres de Louis XIV ravagent la Belgique

L’ambition du roi de France, Louis XIV, va, une nouvelle fois, faire de la Belgique le champ de bataille de l’Europe. D’abord, parce qu’il veut annexer notre pays après la défaite de l’Espagne face aux Hollandais, mais aussi parce que c’est chez nous que Louis XIV et l’empereur d’Allemagne se disputeront le trône d’Espagne.

Ces luttes acharnées, entrecoupées de quelques trêves, durent près de vingt ans et voient l’Angleterre, la Hollande, l’Espagne et la Suède s’opposer à la France.

Les armées ennemies et l’épuisement de son peuple forcent l’orgueilleux Louis XIV à demander la paix.

La Belgique cesse d’appartenir aux rois d’Espagne et sort de ce conflit dévastée.

Bruxelles, bombardée par les Français durant trois jours, en 1695, n’est plus que ruines. Le pays et même la principauté de Liège, malgré sa neutralité, sont pillés et rançonnés par les Français, mais aussi par les troupes des autres pays. Mal payés et mal entretenus, les soldats vivent en prenant de force chez l’habitant ce dont ils ont besoin.

Les pays qui signent la paix disposent des provinces belges sans, bien entendu, consulter leurs habitants. Ils cèdent plusieurs de leurs villes comme Valenciennes, Cambrai, Douai et Lille à la France et font passer les Pays-Bas du Sud sous la domination autrichienne. Les Pays-Bas cessent d’être espagnols.

Pour aller plus loin