Léopold II qui, depuis toujours, est passionné par les voyages et les explorations, veut trouver des terres dont il pourra exploiter les richesses et qui permettront à la Belgique de développer ses ressources et ses débouchés.

À cette époque, l’Afrique est très peu connue. En 1877, l’Anglais Stanley, parti à la recherche de Livingstone, un explorateur disparu, réussit, malgré la mort de presque tous ses hommes, à pénétrer au coeur du continent africain en suivant l’immense fleuve Congo.

Léopold, qui s’intéresse à ces découvertes, l’engage pour retourner en Afrique et acheter aux chefs de tribus, en échange de quelques babioles, le droit de s’installer dans leur pays.

En 1884, l’État du Congo, 80 fois plus grand que la Belgique, naît et Léopold y envoie d’abord des officiers belges pour mettre en fuite les Arabes qui vendent les Africains comme esclaves. Suivent des missionnaires pour répandre la religion chrétienne, des fonctionnaires pour administrer le pays et des colons pour exploiter ses richesses.

Les Belges vont rester au Congo jusqu’en 1960. Certains aident les Africains à se développer et les respectent, d’autres les méprisent et les considèrent comme inférieurs.