La révolution brabançonne : les Belges une première fois indépendants

En 1780, l’empereur Joseph II succède à sa mère Marie-Thérèse et poursuit ses réformes. C’est un despote éclairé, un roi qui veut le progrès, mais qui possède tous les pouvoirs et impose ses vues sans demander l’avis de ses sujets.

Il permet à chacun de choisir sa religion, expulse les troupes hollandaises et fait évoluer la justice. Mais il va trop loin en s’attaquant à la puissance de l’Église et en voulant tout réglementer, même les fêtes dans les villages.

En 1789, une révolution éclate. Les Belges mettent sur pied une armée qui porte les couleurs noir, jaune, rouge du Brabant.
Ils chassent les Autrichiens et proclament la naissance d’un nouvel État qu’ils baptisent États-Belgiques-Unis, en s’inspirant du nom des États-Unis d’Amérique.

Malheureusement, il y a deux partis parmi les révoltés, ceux qui veulent conserver les vieilles libertés et coutumes du Moyen Âge et ceux qui veulent un État plus moderne respectant les droits de l’Homme.

Ces deux groupes vont se quereller et notre jeune république négligera ses finances et son armée. Elle sera incapable de s’opposer au retour des Autrichiens. La première Belgique indépendante n’aura vécu qu’un an. Les Liégeois, de leur côté, ont également fait une révolution en chassant leur Prince-Évêque. Mais ils seront aussi vaincus par les troupes autrichiennes.