Confinement : comment gérer télétravail et enfants ?

Depuis que le gouvernement a annoncé prendre des mesures drastiques pour tenter de lutter efficacement contre le virus, une angoisse s’est installée dans nombre de foyers : comment continuer à travailler de chez soi tout en s’occupant des enfants privés d’école ? Comment gérer vie professionnelle et vie familiale en période de confinement ?

S’il est en effet illusoire d’espérer conserver la même rentabilité que d’ordinaire, le défi peut néanmoins être relevé grâce à quelques petites astuces faciles d’application. On vous explique !

Instaurer des bases

La situation actuelle est loin d’être habituelle ni facile à vivre. Habitués à une certaine routine et à de nombreux déplacements quotidiens (à l’école, au cours de sport, de dessin, chez les copains et copines…), les enfants peinent à comprendre pourquoi, soudain, le cours normal de la vie est en pause.

Il est donc essentiel de prendre le temps d’expliquer calmement ce qu’il en est : c’est quoi ce vilain virus ? Pourquoi on doit rester enfermé à la maison (à ce sujet, lire : COVID19 : comment aborder le sujet avec les enfants ?)

Il est aussi important de rappeler à vos bouts d’choux que ce séjour forcé à la maison n’est pas synonyme de vacances et qu’il va falloir s’organiser et faire preuve d’autonomie et de patience. Une belle occasion donc d’aborder avec vos enfants, selon leur âge, la question du sens des responsabilités et de l’altruisme. Vivre 24h/24 tous ensemble nécessitera que chacun mette la main à la pâte pour ranger la maison par exemple. Sinon, après plusieurs semaines, bonjour le foutoir ! (à ce sujet, lire : Développer le sens de l’organisation chez nos tous petits pour ne pas s’arracher les cheveux … est-ce possible ?)

N’hésitez pas à leur expliquer également que si ce ne sont pas les vacances pour eux, ce n’est pas non plus le cas pour vous. Vous devez travailler, afin ensuite de pouvoir profiter de votre temps libre avec eux. Vos enfants devront donc comprendre qu’il faudra faire preuve de calme et prendre l’habitude de s’occuper seul ou avec les frères et sœurs.

Fixer des horaires de travail et ritualiser la journée

Afin que la petite famille ne soit pas trop perturbée, il est important d’instaurer un rythme et de séquencer les journées. Pas question de traîner en pyjama devant la télé jusque 11h ! On garde le rythme « normal », on prend son petit déjeuner, on s’habille, on se lave les dents comme d’habitude, avant de commencer les heures de cours.

Établir et décorer ensemble un beau et grand planning que vous afficherez ensuite quelque part dans la maison permettra à vos enfants de prendre conscience de ce qui se joue réellement, de ce à quoi ressembleront leurs journées et de ce que vous attendez d’eux dans une ambiance positive et récréative. Ils pourront ainsi, si leur âge le permet, gérer eux-mêmes leur temps de travail et leur temps de détente, vous laissant ainsi du temps pour bosser.

Trouver des activités à faire faire à vos enfants

Vos enfants ont du travail, certes, mais afin qu’ils restent concentrés sur leurs tâches, il est important de ménager des temps de pause, comme à la récréation. Et là, les possibilités sont nombreuses !

Vous pouvez par exemple choisir avec eux une sélection d’ouvrages qui lui plaisent et qu’ils aimeraient lire tout seul (découvrez notre sélection de livres de lecture et de jeux ici).

Les livres audio et podcasts accessibles en ligne s’avèrent également être une excellente alternative pour que vos enfants s’occupent calmement, seuls ou à plusieurs. Vous pouvez aussi mettre à leur disposition du matériel de dessin, de bricolage (gare à l’utilisation d’objets coupants !) ou de construction, afin qu’ils laissent s’exprimer leur imagination.

N’hésitez pas non plus à les charger de petites missions ou à les faire prendre part à certaines tâches quotidiennes, comme la préparation du repas. Cela vous permettra de passer un chouette moment en famille et cela offrira à vos enfants la possibilité de se sentir importants et concernés par la vie à la maison.

La télévision peut également constituer une option intéressante. Certes, celle-ci ne doit pas devenir une habitude et ne doit pas être proposée aux enfants trop jeunes. Mais utilisée à bon escient, elle pourra représenter une forme de récompense, afin que confinement ne rime pas avec punition. Le tout est de limiter le temps que vos enfants pourront passer devant et de choisir avec soins les programmes. Des émissions telles qu’Il était une fois la Vie ou « C’est pas sorcier » sont d’excellentes alternatives !

Et puis, bien sûr, si vous avez la chance de vivre dans une maison avec jardin, encouragez les activités à l’extérieur afin qu’ils prennent un bon vol d’air frais !

Adaptez vos horaires et créez-vous votre espace de travail

Avec toutes ces astuces, la cohabitation avec vos loulous devrait se dérouler sereinement. Mais malgré tous ces dispositifs, vos enfants vous solliciteront probablement plusieurs fois par jours et vous feront perdre en productivité. Faites donc preuve de patience – car eux non plus, ils n’en peuvent rien – et n’hésitez pas à vous interrompre parfois pour accorder quelques minutes de votre temps à votre bout de chou. Une fois qu’il aura obtenu ce qu’il souhaitait, il sera sans doute de meilleure composition et vous laissera davantage tranquille. Il sera donc peut-être nécessaire que vous adaptiez votre propre rythme de travail. Pourquoi, dès lors, ne pas vous lever plus tôt afin de déjà travailler un peu avant que chouchou se réveille ?
Pensez également à être bien installé.e et à disposer d’un espace de travail digne de ce nom, à l’abri (autant que faire se peu) du bruit et du désordre.
Si vous êtes deux, l’idéal reste de vous relayer, afin de bénéficier plages de travail efficaces.

On ne panique pas et on déculpabilise

La situation est exceptionnelle et il n’existe hélas aucun mode d’emploi pour être un parent parfait en de telles circonstances. Cherchez au maximum à maintenir l’ordre et l’équilibre dans votre foyer mais surtout, soyez indulgents : avec vos enfants d’abord, avec vous-même ensuite. Aujourd’hui, plus que jamais, on fait ce qu’on peut, pas ce qu’on veut !