Curio Junior : Rois, princesses et chevaliers. La noblesse dans tous ses états

Rois, princesses, chevaliers, comtes et barons...

... découvre la noblesse dans tous ses états !

Les rois, les reines, les princes et princesses ou encore les chevaliers, tu en connais des tas ! Le Roi Dagobert, Cendrillon, La Belle au Bois dormant, Jasmine… Les princes charmants, les belles princesses et les valeureux chevaliers apparaissent souvent dans tes histoires et dessins animés préférés. Ils sont toujours beaux et courageux. Ils te divertissent et te font rêver. Peut-être même as-tu déjà eu un costume de prince ou de princesse ?

Mais connais-tu les vrais rois, princes et princesses, tels qu’ils étaient réellement dans le passé ?

D'où viennent ces princes et ces princesses ?

« Prince », ce mot vient du latin « princeps » qui signifie le « premier ».

C’était un titre qui, surtout durant le Moyen Âge, montrait l’importance de la personne dans la société.

Pour être prince ou princesse, il fallait soit descendre d’un roi ou d’un empereur, soit régner sur un territoire qu’on appelait une principauté.

Si aujourd’hui, nous votons pour élire ceux qui nous gouvernent, cela n’a pas toujours été le cas ! En effet, avant, au Moyen Âge, les gens qui dirigeaient nos ancêtres et avaient tous les pouvoirs en héritaient ou les recevaient du roi et ils portaient des titres qui représentaient ces pouvoirs. Et ces titres, qui permettaient de les reconnaître comme dirigeants, dépendaient de la grandeur de leur territoire. 

Il y avait d’abord, tout en bas, l’écuyer, puis le chevalier. Ensuite, toujours en fonction de la grandeur du territoire, cela allait du baron jusqu’à l’empereur, en passant par le vicomte, le comte, le marquis, le duc, le prince et, tout au-dessus, le roi (avec parfois l’empereur au-dessus de lui).

Jeu n°1

Chacun sa couronne !

À l’époque, chacun avait sa propre couronne. Une couronne d’une richesse différente selon l’importance du titre porté par la personne. 

Observe bien les couronnes ci-dessous. Parviendras-tu à les associer au bon titre ?

Crédit : Heralder

…………………

Crédit : Glasshouse

……………………

Crédit : Rolando Yñigo-Genio

…………………

Crédit : Heralder

…………………

Crédit : Sodacan

…………………

Crédit : Heralder

…………………

Crédit : Trondivers

…………………

Crédit : Sodacan

…………………

Crédit : Sodacan

…………………

Crédit : Heralder

…………………

Un petit rappel du classement te viendra sûrement en aide !

  • Empereur (celui qui règne sur plusieurs rois et sur un empire)
  • Roi (qui, souvent, n’a pas d’empereur au-dessus de lui, mais qui est le chef de tous les autres et règne sur un royaume)
  • Prince (souvent, un fils de roi ou d’empereur ou celui qui règne sur une principauté)
  • Duc (celui qui régnait sur un duché)
  • Marquis (celui qui régnait sur un marquisat)
  • Comte (celui qui régnait sur un comté)
  • Vicomte (celui qui régnait sur une partie du comté (un vicomté) ou remplaçait parfois le comte)
  • Baron (celui qui régnait sur une baronnie)
  • Chevalier
  • Écuyer

Le savais-tu ?

Ces couronnes pouvaient tout aussi bien être portées par des femmes que par des hommes !

Comment devenait-on roi, empereur, duc... ?

Les premiers chefs, c’étaient les plus forts aidés de leurs copains !

Les personnages dont tu viens de voir le nom et qui avaient le pouvoir étaient les nobles. C’est un mot que tu entendras souvent en Histoire et qui vient du latin « nobilis », qui signifie « digne d’être connu ». Le noble, c’était la personne qui, par ses actions, méritait d’être connue, un peu la « star » de l’époque si tu veux…

Depuis la nuit des temps, les Hommes, même dans les tribus de la préhistoire, ont certainement toujours eu des chefs, ceux qui dirigeaient le clan, qui disaient où aller se cacher, quel gibier chasser, quand se reposer durant un déplacement. C’était souvent celui qui était le plus fort de tous pour chasser ou se battre qui devenait le chef !

Et on avait intérêt à l’écouter, sinon gare au coup de massue sur la tête !

Les civilisations grecque, égyptienne, romaine, à l’époque de l’Antiquité, avaient aussi des chefs qu’on appelait « roi », « pharaon », « imperator » (empereur en latin). Là aussi, c’était des hommes qui s’étaient imposés souvent par la force et par leur capacité à diriger les premières cités, les premiers peuples.

Mais ces chefs ne savaient pas forcément tout diriger seuls. 

Ils ont donc dû se faire aider par des membres de leur famille, par des amis, par des gens qu’ils trouvaient qualifiés pour faire certaines choses et qu’ils récompensaient avec de l’argent, des terres ou des fonctions importantes.

Et ça a continué de cette manière pendant des milliers d’années, chez les Égyptiens, les Grecs, les Romains, les Gaulois, les Francs, jusqu’à l’époque de Charlemagne qui régna sur une grande partie de l’Europe. Le mode de fonctionnement était toujours le même : un grand chef très puissant était aidé par des personnages importants et dirigeait ainsi le territoire.

À cette époque, on faisait partie de la noblesse par la naissance. Mais pour avoir une haute fonction, il fallait quand même souvent la mériter (même s’il y avait quand même parfois des tricheurs). Être seulement l’enfant d’un personnage important ne suffisait pas toujours.

Recevoir un poste important grâce à ses mérites était aussi possible !

Cela a fonctionné de cette façon jusqu’à la mort de Charlemagne, en en 814 de notre ère. Nous sommes aujourd’hui en 2020. Cela fait donc… ?

Que signifie "avoir le sang bleu" ?

Cette expression viendrait d’Espagne. En effet, lorsque les Arabes qui envahirent le pays en 711 se retrouvèrent face aux nobles wisigoths (une tribu d’origine germanique), ils furent étonnés de la clarté de leur peau et de la couleur bleue de leurs veines qui transparaissaient. Ils crurent que leur sang était bleu. Les nobles, flattés qu’on pense qu’ils avaient un sang différent, ont gardé l’expression.

Jeu n°2

Les 10 différences

Observe attentivement les deux dessins ci-dessous. Ils sont identiques, à 10 différences près. Lesquelles ?

Puis les choses changèrent

À la fin de l’Empire de Charlemagne, au 10e siècle, ses héritiers furent divisés et incapables de faire face à des attaques venues du Nord, menées par les terribles Vikings, et du sud, par les non moins redoutés Sarrazins.

Éprouvant de grandes difficultés à défendre leurs terres, les descendants de Charlemagne décidèrent de charger leurs compagnons de le faire pour eux.

Ils leur donnèrent donc des territoires à surveiller et à défendre. En fonction des territoires reçus, chaque homme avait plus ou moins d’importance (c’est de cela que dépendaient les différents titres, tu te souviens ?)

Pour défendre au mieux leur territoire et résister à l’envahisseur, ces hommes désignés choisirent des endroits faciles à défendre, souvent en hauteur, ou entourés d’eau, pour y établir des forteresses, d’abord en bois puis en pierres.

Ainsi chargés d’une mission, ces hommes devinrent des barons, des ducs, des vicomtes, des marquis… Mais ils étaient loin du roi, ils ne le voyaient presque pas.

Petit à petit, ils devinrent de plus en plus puissants et de plus indépendants. Eux aussi divisèrent leur territoire pour les confier à des hommes de confiance qui les aidèrent aussi à le gérer.

Mais alors que, normalement, tout homme ayant été missionné devait à un moment ou à une autre “rendre” à son roi ce qui lui avait été confié, pour que ce travail soit confié à quelqu’un d’autre, certains seigneurs devenus très puissants, sentant venir la vieillesse, décidèrent de n’en faire qu’à leur tête et de léguer ce qu’ils avaient accompli à leurs propres descendants (leur enfants ou leur neveux par exemple).

Le roi n’osant pas s’opposer à ces hommes désormais très riches, les seigneurs, aux forts pouvoirs locaux, et les châteaux forts se multiplièrent en Europe. C’est ce qu’on appelle la féodalité.

Le savais-tu ?

Les rois existent toujours aujourd’hui. Beaucoup de pays ont fait des révolutions et ont chassé leur roi comme la France, l’Allemagne, l’Italie, la Grèce ou la Bulgarie. D’autres, comme la Belgique, la Hollande, l’Angleterre ou le Danemark les ont gardés par tradition. Mais en réalité, ces rois ne dirigent plus rien. On dit que le roi règne mais ne gouverne pas. Ce sont des ministres élus qui le font. Les rois ont comme fonction de donner une belle image de leur pays à l’étranger et, parfois, d’arranger les disputes entre les hommes politiques.

Jeu n°3

Relie les points

Si tu ne commets pas d’erreur, un super dessin apparaîtra…

Avoir son diplôme de chevalier

Avant de devenir chevaliers, les fils de nobles devaient suivre un entraînement, s’exercer au maniement des armes. Les filles, quant à elles, devaient apprendre la couture et les bonnes manières.

Ce n’est qu’après seulement que les filles pouvaient épouser un autre noble et les garçons prendre la place de leur père ou faire la guerre.

Pour avoir le titre de chevalier, il y avait une cérémonie importante, qu’on appelle l’adoubement, durant laquelle le seigneur donnait le titre de chevalier au jeune homme en touchant de son épée une épaule puis l’autre, en passant par le sommet de la tête.

Si tu veux en apprendre plus sur la cérémonie de l'adoubement...

Le chevalier devait jurer de se battre pour son maître, qu’on appelait aussi son suzerain, et de lui être toujours fidèle. Mais il devait aussi jurer de faire preuve de courage et de vaillance au combat, de défendre les veuves, les orphelins et les gens malades…

Et puis, il devait être courtois avec les dames, c’est-à-dire très respectueux.

Un vrai prince charmant, non ? Il ne lui manquait plus que sa belle princesse…

 

Une prince vraiment charmant ?

Pas tant que ça en fait…

Parce que, dans la réalité, ces chevaliers et ces nobles passaient leur temps à se disputer, à se faire la guerre, à exploiter les gens qui vivaient sur leurs terres en leur laissant bien souvent à peine de quoi manger. De plus, la plupart du temps, quand les princes ou les princesses se mariaient, ce n’était pas parce qu’ils étaient amoureux. Le mariage servait uniquement à faire des alliances pour la guerre ou pour avoir encore de plus grands territoires. Pas joli joli tout ça…

D'où vient-il alors ce prince charmant ?

Eh bien ce beau prince qui fait rêver, c’est un personnage de contes de fées. Et encore… Dans les vieux contes de fées, il y avait bien des princes, mais personne ne les trouvait « charmants ».

C’est Walt Disney, le célèbre dessinateur américain, qui a inventé « le prince charmant » dans son dessin animé Cendrillon, en 1950. Et c’est depuis cette époque que certain(e)s rêvent de le rencontrer, et que d’autres pensent que, pour être aimé(e) de leur princesse, il faut la délivrer, vaincre les sortilèges d’une sorcière, tuer un dragon, traverser une forêt peuplée de méchantes créatures, escalader les murailles du château et beaucoup d’autres choses. Pendant ce temps, la brave princesse l’attend sans rien faire.

Même si c’est agréable de le penser, et parfois de le rêver, ce n’est pas la vraie vie. Aujourd’hui, les hommes et les femmes sont égaux et peuvent très bien affronter et triompher de tous ces dangers, séparément ou ensemble.

Le prince charmant ou la belle princesse, c’est une personne que l’on aime malgré ses défauts. C’est une personne avec qui on peut parfois se disputer mais, malgré tout, avec qui on sait surmonter les difficultés de la vie pour, ensemble, être heureux et faire de sa vie (presque) un conte de fée…

Même dans les dessins animés on ne croit plus trop au prince charmant maintenant. La preuve ?

Dans Shrek, que tu as certainement vu, le prince charmant n’est pas très sympa et devient même « méchant ». C’est Shrek, qui est laid mais vraiment gentil, qui, à la fin, épouse la princesse !

Toi aussi, un jour, ton prince ou ta princesse viendra ! À moins que ce ne soit déjà le cas… ?

Jeu n°4

Colorie

Munis-toi de tes pots de peinture, des tes feutres ou de tes crayons de couleur et colorie chacune des cases de la couleur indiquée par le numéro qui s’y trouve. Un beau dessin apparaîtra…

Et aujourd'hui ?

Aujourd’hui, les nobles existent encore et ils portent toujours leur titre. Mais il y a eu des révolutions, comme la célèbre Révolution française de 1789. Depuis lors, ils ont perdu leurs privilèges. Ils n’ont plus rien de différent de nous. Ils doivent travailler et s’ils veulent diriger un pays ou une région comme leurs ancêtres, ils doivent faire comme tout le monde : faire de la politique et être élus.

Comment reconnaît-on les nobles ?

Avant, on les reconnaissait parce qu’ils étaient à cheval et portaient une épée et un bouclier avec, dessus, leurs armoiries (c’est-à-dire un dessin qui représentait leur famille et qu’eux seuls avaient le droit de porter).

Aujourd’hui, tu peux les reconnaître parce que leur nom de famille est souvent précédé d’un « de » sans majuscule. On dit d’ailleurs « un petit de ». Mais tous les nobles n’ont pas de « petit de » et tous les « petits de » ne sont pas nobles… Compliqué hein !

Le mieux, si tu les connais, c’est de gentiment leur demander ou d’aller voir sur internet où sont souvent repris les noms des grandes familles nobles avec leur histoire.

Peut-on encore devenir nobles aujourd'hui ?

Oui, dans certains pays, comme la Belgique ou l’Angleterre, qui ont encore des rois ou des reines, on donne encore des titres de noblesse (le mot exact est « conférer » un titre de noblesse). Mais ce n’est plus pour des exploits guerriers ! Ces personnes reçoivent des titres car elles ont contribué à la renommée de leur pays, dans les arts, les sciences, la littérature, l’économie, la politique ou d’autres activités importantes.

C'est quoi un blason ?

Avant, quand les chevaliers se battaient, il n’y avait pas d’uniforme. Il était difficile de se reconnaître. Alors, pour que leurs soldats sachent où ils étaient, les chevaliers ont peint leur bouclier avec des couleurs différentes, ont dessiné dessus des animaux qu’ils aimaient, comme un lion, un aigle, un ours, ou d’autres choses importantes pour eux comme la tour de leur château.

Par la suite, beaucoup de personnes comme des grands marchands, de gros propriétaires, des avocats, des magistrats, de grands hommes d’État ont aussi eu leur blason. Car avoir un blason n’était pas réservé qu’aux nobles.

Si toi aussi tu deviens un jour un personnage important et que tu es anobli(e), tu devras te choisir un blason.

Jeu n°5

Dessine ton blason

Si tu faisais, toi aussi, un blason par rapport à ton nom, celui de ta maman, le métier de tes parents, ou par rapport à ce que tu trouves le plus chouette chez toi ? Tu peux même en faire plusieurs !

C'est quoi être "prince" ou "princesse" aujourd'hui ?

On te l’a expliqué, il existe encore aujourd’hui des rois, des reines, des princes et des princesses dans les pays qu’on appelle des royaumes. C’est le cas en Belgique ou en Angleterre, par exemple. 

Qui sont les princes et les princesses modernes ?

En Belgique, la princesse et future reine s’appelle Élisabeth. 

En Angleterre, il y a deux princesses très différentes qui sont aimées de la presse people (les magazines qui parlent des stars) : Catherine, que l’on surnomme Kate, et Meghan. La première est la femme du prince William avec qui elle a trois enfants. Ils sont considérés comme un couple modèle. Ils sont toujours très bien habillés et ont l’air très sage, ils respectent tout ce que le protocole leur demande. Pour Meghan, c’est un peu plus compliqué : elle n’est pas anglaise, mais américaine. Elle n’a donc pas grandi dans le pays de son époux. En plus, elle est actrice et elle est déjà divorcée, ce qui a été très difficile à accepter pour la reine qui respecte fort les traditions. Mais ils ont pu se marier… Harry, qui était déjà connu pour avoir fait des bêtises durant sa jeunesse, a décidé avec Meghan de partir vivre aux États-Unis et de ne plus remplir leurs fonctions royales.

Si tu as envie de découvrir des informations amusantes et étonnantes sur la famille royale d’Angleterre, clique ici !

Il y a aussi des princesses et des princes dans d’autres pays d’Europe comme l’Espagne, la Norvège, la Suède… Souvent, toutes ces familles se connaissent bien, parce qu’elles ont des ancêtres communs.

Et les pays qui n'ont pas de roi ?

Eh bien, en France, par exemple, il y a des princes et des princesses ! Ce sont les descendants des anciens rois et reines, mais ils n’ont plus aucun pouvoir aujourd’hui. Ils gardent le titre de noblesse, qui ne leur sert à rien, sauf à se rappeler qui étaient leurs ancêtres.

Réponses épisode “Histoire des félins” :

Jeu des expressions

Tourner comme un lion en cage = ne pas pouvoir se servir de sa force pour résoudre un problème.

S’entendre comme chien et chat = ne pas s’entendre.

Avoir un chat dans la gorge = être enroué.

Un tigre de papier = quelque chose qui a l’air impressionnant au premier abord mais qui ne l’est en fait pas.

Quand le chat est parti, les souris dansent = profiter d’être tranquille, sans surveillance, pour faire ce qu’on veut.

Il n’y a pas un chat = il n’y a personne.

Donner sa langue au chat = arrêter de réfléchir à quelque chose et demander la solution.

Avoir mangé du lion = avoir une énergie extraordinaire.

Quiz

1) Comment s’appelle le plus lointain ancêtre des félins ?
– Le Miaou
– Le Miacis
– Le Midebou

2) Comment s’appelle le tigre qui a aujourd’hui disparu ?
– Le tigre aux dents de sabre
– Le tigre aux griffes d’argent
– Le tigre aux yeux revolver

3) Pourquoi le chat était-il particulièrement apprécié par nos ancêtres ?
– Parce qu’il était très câlin
– Parce qu’il chassait les rongeurs et protégeait les récoltes
– Parce qu’il faisait ses besoins à l’extérieur

4) On détestait les chats au Moyen Âge. Pourquoi ?
– Parce qu’ils crevaient les poubelles
– Parce qu’ils perdaient leurs poils.
– Parce qu’on pendait qu’ils avaient un lien avec la sorcellerie

5) Le record du monde du bruit de ronronnement d’un chat est de 67,8 décibels. C’est l’équivalent du bruit…
– D’une douche
– D’un avion
– D’un concert de rock

6) Comment s’appelle le plus gros félin du monde?
– Le Bigre
– Le Migre
– Le Ligre