Curio Junior : Erreurs de génie

Les erreurs et ratés de la science

Celles qui ont donné naissance à des inventions de génie

Faut pas pousser Archimède...

... petite introduction

« Eurêka ! », « j’ai trouvé ! » en grec ancien, c’est le cri que, selon la légende, Archimède aurait poussé alors qu’il était dans son bain et qu’il a découvert qu’une force dirigée vers le haut s’exerce sur les objets qui sont dans l’eau.

C’est cette force qui fait paraître moins lourd un objet dans l’eau et flotter les bateaux. Cette découverte porte le nom de Poussée d’Archimède.

C'est raté, mais c'est pas grave !

Il t’arrive parfois de faire des fautes, des erreurs que ce soit en calcul, dans une dictée ou en pratiquant ton sport préféré. Et parfois, cela te stresse. Eh bien, dis-toi une chose : faire des fautes, c’est normal, car on apprend en essayant et en se trompant. 

Bien sûr, tu vas devoir admettre qu’il y a des choses que tu ne sais pas ou que tu ne sais pas bien du premier coup… Et c’est normal ! Si tu savais tout, ou tout du premier coup, eh bien l’école, les leçons, les exercices, les heures d’entraînement n’existeraient pas. S’ils sont là, c’est pour une bonne raison : que tu puisses apprendre, et cela, en faisant des erreurs !

Et c’est comme ça depuis toujours, depuis la nuit des temps même.

Une des premières erreurs que l’on pense pouvoir attribuer à l’Homme, elle lui a permis d’inventer la terre cuite et les récipients.

Comment ? Imagine-toi avec nos ancêtres de la préhistoire. Ils ont inventé les paniers en osier mais pour transporter de l’eau, pas facile sans qu’elle ne s’écoule pas entre les petits trous… L’un d’entre eux a alors eu l’idée de garnir le panier de terre pour boucher les trous et pour que l’on puisse y transporter de l’eau sans la perdre. Jusque-là, c’est plutôt ingénieux. Mais un beau jour, un de nos ancêtres a dû approcher un de ces paniers trop près du feu du clan. 

Les flammes ont brûlé l’osier mais la terre, elle, a conservé sa forme et est devenue bien dure, plus légère et retenait bien mieux l’eau, sans lui donner un mauvais goût. C’est donc bien une erreur qui a conduit à l’invention de la terre cuite et de ce qui est devenu aujourd’hui notre vaisselle.

Et les exemples comme ça sont nombreux dans notre Histoire !

L'Amérique, c'est pas loin...

Christophe Colomb, pourtant bien connu pour son génie indiscutable en matière de navigation, a découvert le continent américain en 1492 en faisant… des erreurs de calcul !

D’abord, il faut savoir que notre brave Colomb voulait simplement aller de l’Europe vers les Indes. Il ignorait en réalité qu’il existait un continent entre l’Europe et l’Asie. S’il est parti, donc, c’est parce qu’il s’est trompé ! Ce grand navigateur aurait fait des erreurs, non seulement en calculant la circonférence de la Terre, mais aussi en calculant la taille de l’Europe et de l’Asie. Selon lui, la Terre était bien plus petite que ce qu’elle n’est en réalité.

Les deux continents, quant à eux, étaient bien plus grands. De ce fait, l’espace qui séparait ces deux grands blocs était, lui aussi, plus grand que ce qu’imaginait Colomb. Après avoir fait ses calculs, il était arrivé à la conclusion qu’il n’aurait qu’une mer de petites dimensions à traverser pour arriver aux Indes… Ce qui n’était absolument pas le cas, car devant lui, il avait tout l’océan Atlantique. Mais ses erreurs ont conduit à l’une des plus grandes découvertes de l’Histoire.

À vos souhaits !

À la fin de la Première Guerre mondiale, la société américaine Kimberley-Clark avait produit à grande échelle de minces feuilles de coton synthétique qui étaient utilisées pour la fabrication des filtres de masques à gaz. Celles-ci avaient été utilisées par les infirmières du front comme des lingettes à jeter pour se nettoyer le visage. La guerre finie, il leur restait des stocks immenses. Ils en firent des mouchoirs à jeter. C’est ainsi que sont nés les mouchoirs jetables Kleenex.

Le savais-tu ?

Connais-tu l’expression « Errare humanum est » ? Il s’agit d’une expression latine, qui aurait été prononcée il y a bien longtemps par Sénèque, un philosophe de l’Antiquité. Cette expression, que l’on traduit par « L’erreur est humaine », est une version raccourcie de « Errare humanum est, perseverare diabolicum ». Cela signifie que commettre des erreurs est quelque chose de normal, car nous ne sommes que des êtres humains qui ne savent pas tout, mais qu’une fois qu’on a commis une erreur, continuer dans cette direction, dans le mauvais sens, et refaire plusieurs fois la même bêtise n’est pas une bonne solution. Il faut apprendre de ses erreurs pour avancer.

Un champignon extraordinaire

La découverte de la pénicilline a été une étape très importante dans l’histoire de l’humanité. Pour la première fois, l’Homme pouvait guérir autrement que par ses défenses naturelles. Il avait un médicament capable de soigner ses infections. Et ce médicament, c’est la pénicilline que nous utilisons toujours de nos jours. Elle fut, elle aussi, découverte par négligence.

Petit retour en arrière, en septembre 1928. De retour de vacances, Alexander Fleming retrouva son laboratoire du Saint-Mary’s Hospital, à Londres.

Il constata que les staphylocoques, des bactéries à l’origine de certaines infections de la peau qu’il étudiait, avaient été contaminées par un champignon microscopique utilisé par le chercheur qui travaillait à côté de lui : le penicillium notatum. Enervé par cette erreur et cette distraction, il s’apprêtait à désinfecter son matériel lorsqu’il s’aperçut que sur les endroits touchés par le champignon, la bactérie qu’il étudiait n’avait pas poussé. 

Il comprit que c’était ce champignon qui a l’en avait empêché. Fleming appela le produit sécrété par le champignon « pénicilline ». C’est ainsi qu’est né le premier antibiotique.

La découverte du docteur Kellogg

John Harvey Kellogg naquit en Amérique en 1852 et devint médecin en 1875. Son objectif était de permettre à tous de mener une vie saine, notamment grâce à une bonne alimentation et une cuisine végétarienne de qualité.

Un jour, notre bon docteur Kellogg fut appelé pour des soins et oublia du blé bouilli qu’il avait laissé refroidir. Quand il le retrouva, le blé était devenu tout desséché.

Mais plutôt que de jeter le tout, par curiosité, par hasard ou par sens des économies, on ne sait pas, il décida d’aplatir la bouillie avec un gros rouleau à tarte. Tous ces grains aplatis, une fois grillés, se transformèrent en flocons légers et croustillants qui, servis avec du lait, devinrent un plat fort apprécié.

Le docteur Kellogg, aidé de son frère, se mit à expérimenter cette recette due au hasard avec d’autres céréales. Le jour où ils essayèrent avec le maïs, celui-ci se transforma ainsi en corn-flakes. Ils commencèrent à vendre ce produit dès 1906 et, aujourd’hui encore, tu peux le retrouver à ton petit déjeuner.

Promenons-nous dans les bois...

Par une journée ensoleillée de l’été 1941, l’ingénieur suisse Georges de Mestral décida de partir en balade avec son chien. Distrait, il quitta le sentier et, à son retour, il constata que ses vêtements et la fourrure de son chien étaient couverts de petites boules végétales bien accrochées.

Il commença à les enlever une par une lorsque l’idée lui vint d’examiner de plus près ce qu’il identifia comme des graines d’une plante appelée la bardane.

Au microscope, il remarqua que celles-ci étaient pourvues de petits crochets élastiques, qui retrouvaient leur forme originale une fois décrochés.

L’idée de la possibilité de relier deux matériaux et de les séparer d’une simple pression lui vint immédiatement. Il trouva ensuite le nom de son invention : le velours de son pantalon et les crochets qui s’y étaient fixés : le Velcro était né.

Au feu !

Lors de la conquête de l’Amérique du Sud par les Espagnols, ceux-ci découvrirent une multitude de nouveaux produits, et parmi ceux-ci, le caotchu qui, en langage quechua (le langage parlé là-bas), signifie bois (cao) qui pleure (tchu). C’est ce qui deviendra le caoutchouc que tu connais.

Mais tel qu’il était à l’époque, il sentait mauvais, il était collant quand il était exposé au soleil, il fondait à température élevée et il cassait à basse température, ce qui n’était pas très intéressant.

On lui trouva une première utilisation, déjà due au hasard. On pouvait effacer les traces d’encre en les frottant avec un bloc de caoutchouc. C’est ainsi qu’est née la gomme.

On en fit des manteaux imperméables, mais les clients se lassèrent vite de cette matière qui devenait molle au soleil et raide en hiver.

C’est à ce problème qu’a voulu s’attaquer Charles Goodyear (1800-1860).

Pendant des années, il fit de nombreuses expériences pour améliorer la qualité du caoutchouc naturel. Il était prêt à abandonner quand un jour, il posa par erreur sur son four un morceau de caoutchouc recouvert de fleur de soufre. Subitement, le produit s’est enflammé. Goodyear jeta le tout par la fenêtre pour éviter un incendie.

Le matin suivant, en ramassant le morceau, il constate que celui-ci possédait une grande élasticité.

En ayant presque mis le feu à sa maison, il venait de découvrir le processus de vulcanisation, qui consiste à cuire le caoutchouc avec le soufre. C’est le caoutchouc que tu connais et que tu retrouves dans de nombreux produits comme les pneus des voitures etc.

Mais Charles Goodyear n’a pas déposé de brevet pour la vulcanisation à temps et c’est l’Anglais Thomas Hancock qui le fit un peu avant lui.

Goodyear passa le restant de sa vie à faire des procès coûteux pour récupérer son invention. Il mourut ruiné, en 1860.

Qu'est-ce que cela signifie ?

Déposer un brevet signifie faire reconnaître officiellement que l’on est à l’origine de l’invention et qu’on est le/la seul(e) à pouvoir la produire.

Mais, ça ne colle pas !

En 1968 le chimiste Spencer Silver essaya de mettre au point une nouvelle colle.

Il fit plusieurs expériences qui, toutes, ne donnèrent qu’une sorte de mélange poisseux qui semblait impropre à toute utilisation. Il abandonna donc la recherche de cette nouvelle colle.

Par la suite, Arthur Fry, un collègue de Spencer, voulut empêcher les marque-pages de son livre de chants de glisser pendant la messe. Il les enduisit de la mixture fabriquée par son ami et, surprise, la colle tenait aux marque-pages ! 

De plus, la colle les faisait tenir sur la page mais leur permettait d’être recollés et redécollés à l’infini.

Après quelques tâtonnements, le post-it est né et les ventes se sont envolées dans le monde entier !

C'est prêt !

Percy Spencer était ingénieur et travaillait chez Raytheon, une usine qui fabriquait des composants de radars.

Notre Percy avait un péché mignon : le chocolat. Il en avait toujours un peu en poche.

Un jour, il passa devant un de ces engins en pleine activité et décida, un peu plus loin, de croquer une tablette de son dessert favori. Quand il retira la barre de sa poche, il trouva son chocolat à l’état liquide dans l’emballage. De là à imaginer qu’il pouvait, de cette manière, cuire des aliments, il n’y avait qu’un pas.

Il plaça devant cette partie de radar toutes sortes de choses, et ça marchait. Même les grains de maïs se transformèrent en pop-corn.

Le four à micro-ondes était né. Mais il ne rentra pas directement dans les familles

En 1947, la firme construisit son premier four. C’était une grosse armoire qui mesurait 1,80m, pesait 340 kilos et qui était destinée aux cuisines de la marine de guerre américaine.

Alors, une chose est sûre : se tromper, ça peut parfois te mener loin, trèèès loin !

Mot malin

Quizzz !

Sans aller relire le texte ci-dessus, tente de répondre aux questions suivantes.

Si tu as lu attentivement, tu devrais pouvoir répondre les doigts dans le nez !

(Psst ! Si tu as un trou de mémoire, aide-toi du texte quand même !)

Qui a crié Eurêka ?

C'est juste 🙂 Faux 🙁

Christophe Colomb a découvert l’Amérique grâce à…

C'est juste 🙂 Faux 🙁

La pénicilline est…

C'est juste 🙂 Faux 🙁

Le mot “velcro” est né du mélange de deux mots. Lesquels ?

C'est juste 🙂 Faux 🙁

Arthur Fry a découvert comment utiliser la colle de son ami en voulant faire tenir…

C'est juste 🙂 Faux 🙁

Comment Percy Spencer a-t-il découvert le micro-ondes ?

C'est juste 🙂 Faux 🙁

Quand des inventions géniales naissent d’erreurs…
Oups… Errare humanum est..

Pas mal !

Super !

Eureka !

Génie en herbe !

Que ce soit volontaire, par hasard ou par erreur, les inventions, et donc, les inventeurs, ont été très nombreux à travers l’Histoire. Et ce n’est pas près de s’arrêter !

Et si, toi aussi, tu marquais l’Histoire ? Et si, toi aussi, tu inventais quelque chose de génial ?!

Chez Je Réussis, on a inventé la Lumicuillère, une cuillère qui s’allume, pour pouvoir manger pendant la nuit.

Réfléchis bien et tente de donner naissance à une invention un peu folle mais révolutionnaire ! Trouve-lui un nom qui te plaît et dessine-là ou, si tu as le matériel nécessaire, construis-là !

Recette ratée...

Savais-tu que la tarte Tatin est née, elle aussi, d’une erreur ? Du moins, c’est ce que certains racontent… Au 19e siècle, les sœurs Tatin étaient propriétaires d’une auberge très fréquentée. Un jour, alors que le monde affluait pour manger, l’une d’elles aurait commis une erreur. Certains racontent que, dans la précipitation, elle aurait enfourné les pommes sans la pâte. Se rendant compte de son erreur au bout d’un moment, elle ajouta la pâte par-dessus, permettant ainsi aux pommes de cuir doucement. D’autres affirment qu’en agissant rapidement, elle aurait mis les ingrédients dans le désordre ou, pire, qu’elle aurait fait tomber sa tarte ! Mais ne pouvant rien jeter, elle aurait cuit et servi le dessert sous cette forme.

Une histoire amusante… et qui donne faim !

Demande de l’aide et l’autorisation à un adulte et mets-toi aux fourneaux pour préparer une délicieuse tarte tatin dont la recette se trouve ici !

À moins que tes parents ou tes grands-parents n’aient une autre recette ? Demande-leur !

Picross

Être un inventeur de génie, ça demande de la concentration et de la réflexion !

Voici donc un petit picross qui t’aidera à entraîner ton cerveau ! Clique ici !

Réponses épisode “Le football” :

Quiz

1) Comment s’appelait le jeu auquel participaient les Chinois au IIe siècle ?
– Le Cougnou
– Le Cuju
– Le Cufu

2) Quel pays est considéré comme le berceau du football ?
– L’Angleterre
– La Belgique
– Le Luxembourg

3) La Belgique s’est-elle déjà hissée à la première place du classement ?
– Oui, en 1850
– Oui, en 2015
– Non

4) En 1982, Ludo Coeck, un joueur de foot, a oublié quelque chose d’essentiel pour jouer le match. Était-ce…
– Son caleçon
– Son short
– Ses chaussures

5) Le Coupe du monde est organisée…
– Chaque année
– Tous les 4 ans
– A la pleine lune

6) En 1968, l’Italie s’est qualifiée pour les demi-finales en tirant à la courte-paille.
– Vrai
– Faux

Correctif activités “A toi de jouer” : cliquez ici.