On a lu pour vous… « Pas question que les enfants deviennent des ‘gendarmes’ du net »

Le projet de former des jeunes âgés de douze à dix-huit ans afin de lutter contre la propagande radicale en ligne, rapporté dans les titres Sudpresse vendredi, rend perplexe le Délégué général aux droits de l’enfant, Bernard de Vos.

« S’il s’agit de sensibiliser les jeunes et de leur donner des outils pour contrer les discours radicaux, pourquoi pas? Mais je m’oppose à toute formation pour détecter et signaler ces messages et pour les transformer en ‘gendarmes’ du net ». L’attachée de presse d’Isabelle Simonis, ministre de la Jeunesse en Fédération Wallonie-Bruxelles souligne pour sa part que le projet est en cours de construction et précise qu’il s’agit plutôt de sensibiliser aux messages de propagande, et non d’inciter à détecter ou signaler ces messages.

Former les jeunes de 12 à 18 ans à détecter et signaler des messages de propagande serait « une extrême mauvaise idée », estime Bernard de Vos. « On ne peut pas les pousser à devenir des délateurs mais on peut les sensibiliser et leur donner des outils pour contrer les discours radicaux », explique-t-il.

Pour l’attachée de presse d’Isabelle Simonis, « la formation pour les 12-18 ans n’est pas encore tout à fait construite, nous devons y travailler ». Mais elle explique qu’il s’agirait plutôt d’aider cette tranche d’âge à reconnaître les messages radicaux et de les sensibiliser afin qu’ils sachent comment y réagir. Elle souligne également qu’il faut protéger ces jeunes, confrontés aux messages de propagande véhiculés sur internet.

La formation différerait ainsi de celle donnée aux 18-35 ans dans laquelle ils apprennent à détecter, repérer, contre-argumenter et éventuellement signaler les messages de propagande radicale sur le net.

 

Source: www.7sur7.be

Par: rédaction
16/09/16 – 14h10