Les jours blancs, un casse-tête pour les parents, tout bénéfice pour les enfants ?

Les jours blancs, un problèmes pour les directeurs, un casse-tête pour les parents, tout bénéfice pour les enfants ?

Enfin le stress des examens retombe, les Diables nous offrent de belles victoires à la coupe du Monde et… vos enfants sont déjà en vacances bien avant le 1er juillet ! Mais est-ce vraiment une bonne nouvelle ? Chacun y va de son point de vue, suivant qu’on soit du côté des parents, des élèves, ou des directeurs d’écoles.

En causes : les horaires des épreuves du CEB et du CE1D

Les directeurs du primaire avaient déjà exprimé leur mécontentement consécutivement à la publication de l’horaire des épreuves du CEB et du CE1D, s’achevant tous deux le 21 juin. En effet, au terme des épreuves, il reste 6 jours blancs durant lesquels il faut occuper les élèves du primaire. Repousser les épreuves du CEB plus loin en juin permettrait de gagner des jours de classe supplémentaire et de réduire le taux d’absentéisme scolaire suite aux départs en vacances.

Néanmoins, le CEB et le CE1D étant organisés conjointement pour des raisons de facilités diverses, il est difficile de satisfaire à leur demande car ils se heurtent aux impératifs des professeurs du secondaire pour qui cette période est consacrée aux corrections et aux conseils de classe. Le compromis est donc difficile à établir car ces derniers requièrent plus de temps.

Des activités "pertinentes" au secours des parents

Mais si les directeurs du primaire voient d’un mauvais œil cette organisation horaire, les enfants en retirent un bénéfice certain en profitant des diverses activités et sorties proposées par le corps enseignant, qui décidément ne manque pas de ressources pour les occuper de manière ludique et/ou intelligente grâce aux diverses activités et sorties qui diffèrent des activités habituelles. Ainsi, balades à vélo, parcs d’attractions, d’expérimentations ou animaliers, jeux de société sont autant d’activités qui les maintiennent occupés jusqu’au 29 juin, date officielle de la fin de l’année scolaire 2017-2018.

Dans le secondaire, la situation est différente car une fois les examens terminés, les enfants ne sont plus obligés de rester à l’école. Reste donc à savoir comment occuper les ados pendant que vous travaillez, une préoccupation bien réelle pour les parents. Loin de vouloir les priver de quelques grasses mat’ méritées ou de renouer avec les jeux vidéos délaissés le temps des études, bon nombre de parents s’interrogent sur la nécessité de les occuper intelligemment… et comment ?

Formation théorique du permis de conduire, brevets européens de premiers Secours, stages de babysitting, actions citoyennes ou initiation aux métiers techniques, la liste est loin d’être exhaustive mais voici le panel d’activités mis sur pied par différentes associations ou fédérations qui souhaitent soutenir les formations et apprentissages durant ces jours blancs. La Fédération Wallonie-Bruxelles ainsi que d’autres organisations provinciales telles que le site Web www.délibèretoi.be ont diffusé de nombreuses activités qui se veulent intéressantes, ludiques, éloignées des apprentissages habituels et pouvant être réalisées au sein des établissements scolaires. 

En Communauté germanophone, l’IAWM, organise quant à elle une semaine d’initiation aux métiers techniques la dernière semaine du mois de juin et destinée aux élèves âgés de 15 à 18 ans. Une initiative pertinente qui rencontre les besoins des entreprises souffrant d’un manque de main-d’œuvre en raison de la pénurie de certains profils professionnels. Une initiative qui tire profit de ses 25 ans d’expérience dans l’organisation de ces stages durant les semaines de Pâques.

Finalement, peu importe le point de vue adopté, il est toujours possible pour nos enfants de valoriser ces jours blancs en enrichissement culturel, citoyen ou professionnel, avec certifications à la clé dans certains cas.

Et vous quel est votre avis ?