Les enfants et la télévision

télévisionLes enfants et la télévision

Depuis son invention dans les années 1920 et son installation massive dans les foyers dans les années 1970, la télévision est devenue aujourd’hui une composante essentielle de la formation des enfants qui la regardent en moyenne près de 15h par semaine (Statistique Canada, 2001). Son influence sur nos chérubins dépend non seulement du nombre d’heures passées devant cet écran, mais aussi de l’âge et de la personnalité du téléspectateur, du fait de la regarder seul ou accompagner d’un adulte, et des discussions qui s’en suivront entre l’enfant et le parent.

 

La violence à la télévision

 

Déjà durant l’Antiquité, la violence était omniprésente. Les Egyptiens se délectaient des pièces de théâtre relatant l’assassinat du Dieu Osiris. Selon les historiens, ces représentations ont incité un grand nombre de meurtres. Les jeux mortels du cirque romain ont poussé la violence à un niveau supérieur. En 380 AC, Saint Augustin se désolait que les combats de gladiateurs éveillent chez ses concitoyens « fascination et ivresse du sang versé ».
Cependant, depuis deux décennies, on peut observer une montée spectaculaire de la violence dans les images du petit écran. Les réactions face à cette violence dépendent de la personnalité de l’enfant. Les chercheurs en ont observé trois :

 

– L’accroissement de la peur
– La désensibilisation face à la violence en général
– L’augmentation du comportement agressif

 

La violence des images du journal télévisé est crainte davantage par les enfants qui grandissent et deviennent capable de différencier fiction et réalité.
La violence est un des composants craint, tout comme le contenu sexuel. De nombreuses émissions où les adolescents sont présents contiennent des références sexuelles, mais très peu comportent des messages sur les rapports sexuels responsables.

 

L’éducation par la télévision

 

De plus en plus de chaînes proposent des documentaires ou des émissions éducatives destinées aux plus jeunes. Avant trois ans, il ne faut pas oublier que l’intelligence est sensorielle et motrice plus que conceptuelle ou imagée. L’enfant a besoin d’interagir avec le monde qui l’entoure. Et il doit se percevoir comme un agent de transformation de celui-ci. Or, dans l’écran télévisé, l’enfant est dans une attitude passive, ce qui à long terme pourrait l’amener à conserver ce statut de spectateur passif du monde.
La difficulté pour les parents réside dans le fait qu’un enfant, aussi jeune qu’il soit, est captivé par le rythme rapide des couleurs et des sons qui se succèdent sur l’écran. La télévision peut alors sembler l’apaiser, alors qu’en réalité, elle ne fait qu’accroître son instabilité.

Une pensée sur “Les enfants et la télévision

Commentaires fermés.