Les écoles en immersion

Les écoles en immersion

L’immersion correspond à un enseignement dans une autre langue. Plus que quelques cours de langues au sein des autres matières, ces programmes sont donc donnés entièrement, ou presque, dans une langue différente du français.

Notre enseignement a insisté en 1998 sur les conditions à mettre en place afin d’améliorer la maîtrise d’une seconde langue dans notre pays qui en compte au moins trois.

L’objectif est finalement d’en envisager l’apprentissage comme celui de la langue maternelle c’est-à-dire dans un environnement de pratique naturelle. Les enseignants doivent donc posséder des compétences pédagogiques et langagières importantes, ce qui limite leur nombre et accentue les difficultés de recrutement.

Ce phénomène est actuellement en progression. En 2010-2011, 152 écoles fondamentales avaient un programme en immersion, pour 109 en 2006 en sachant que beaucoup ont débuté en 2005. Et le nombre d’élèves a lui doublé sur ces 5 ans, passant de près de 7 500 à presque 14 500.

Actuellement, ces écoles proposent trois langues :

  • trois en allemand,
  • trente en anglais,
  • cent dix-sept en néerlandais.

Les écoles en immersion : quels résultats ?

Plusieurs experts et organes sérieux ont effectué des évaluations depuis la mise en place de l’immersion dans notre communauté. Actuellement les résultats sont mitigés. Les élèves d’écoles en immersion ont des meilleurs résultats en seconde langue que ceux ayant un programme « ordinaire » et il semble également que leurs compétences en langue maternelle ne soient pas très différentes de celles des élèves de l’enseignement ordinaire. Enfin, les élèves issus de l’enseignement en immersion développeraient aisément plus de flexibilité mentale. Certains ont toutefois des difficultés très importantes dans ce système.

Une disparité d’organisations dans ces écoles en immersion ?

Mais l’aspect le plus mitigé des résultats est surtout la disparité d’organisations de ces écoles, qui ont poussé comme des champignons (notamment car proposer l’immersion a permis à certains établissements d’accroître leur nombre d’élèves ou de freiner la chute des inscriptions) et de manière peu synchronisée. Ainsi certaines proposent beaucoup plus d’heures en langue cible que d’autres, et avec des enseignants aux compétences très différentes. Le dernier rapport général d’inspection traitant de l’immersion confirme cette grande variance dans les résultats obtenus allant de très bon à exceptionnellement bas.

À ce jour, la volonté ministérielle est évidente : mieux encadrer cet enseignement, afin de l’harmoniser et de posséder à termes des résultats clairs et précis de l’immersion et une progression généralisée de sa qualité.

Ce que les parents doivent savoir sur les écoles en immersion

Il faut que les parents sachent que le soutien à domicile sera important, plus encore que dans les écoles habituelles, et qu’il nécessitera une certaine maîtrise de la seconde langue pour faciliter ce soutien. Il est aussi possible qu’au début du programme, les enfants « avancent » moins vite dans les différentes disciplines que dans une autre école, mais cette lenteur est due à l’adaptation des élèves et devrait se résorber au cours de l’année. Les parents doivent donc être en confiance avec l’équipe éducative lorsqu’ils optent pour cet enseignement.