Disputes entre frères et soeurs : comment rétablir le contact ?

Disputes entre frères et sœurs : comment rétablir le contact ?

Lorsque vous avez décidé de fonder une famille, vous étiez persuadés que vos petits s’entendraient à merveille. Vous les voyiez déjà, la main dans la main, affronter ensemble les épreuves de la vie et rire à gorge déployée. Mais depuis quelques temps, les cris et la jalousie envahissent la maison, et vous avez l’impression de vous battre en permanence contre vos enfants. Plus que tout, vous souhaiteriez renouer le contact et faire de cette fratrie une équipe soudée ?

Ces conflits, en effet, ne sont pas à prendre la légère. Si, d’un œil adulte, ils peuvent sembler ridicules, ils peuvent avoir une grande incidence sur le développement des enfants. Car les relations qu’ils entretiennent avec leurs frères et sœurs sont bien souvent les premiers liens sociaux qu’ils nouent. Leur entente aura donc une influence sur leur comportement en société. Par ailleurs, si ces chamailleries semblent à première vue inconséquentes, elles pourraient bien s’envenimer à l’âge adulte, et se transformer en véritables disputes.

Pour éviter d’attiser les rivalités qui, inévitablement, s’installeront entre eux, évitez donc de les comparer. Chaque enfant est unique, faites en sorte qu’il se sente aimé pour ce qu’il est, individuellement. Cela ne pourra que booster sa confiance en lui ! Cela évitera également que, plus tard, il se compare sans cesse aux autres et ne devienne un éternel insatisfait. Entre autres exemples, lors de la remise des bulletins, ne dites pas « tu as eu moins que ton frère », mais « tu es capable de faire mieux ». Vous pouvez aussi mettre en place des entretiens en tête à tête avec votre enfant, pour discuter de ses résultats, sans que son frère ou sa sœur ne s’en mêle.

Lorsqu’éclate une dispute, veillez dans un premier temps à prendre en compte les sentiments et arguments de chacun. Les enfants ont besoin de se sentir compris et écoutés. Faites donc le point sur la situation, d’une voix calme et posée, afin que les enfants aient une vision globale de la situation. C’est également une excellente manière de mettre en avant les bienfaits de la communication,  par rapport aux insultes et aux coups.

Dans un second temps, évitez de prendre parti. Autrement, l’enfant « lésé » nourrira de la colère à l’égard du parent « responsable », dont il estimera la décision injuste, mais aussi à l’égard de son frère ou de sa sœur qui aura « gagné ». Au lieu de cela, encouragez vos enfants à trouver un terrain d’entente par eux-mêmes, afin qu’ils prennent l’habitude de gérer les conflits. Ils apprendront ainsi l’art du compromis. Vous pouvez, éventuellement, les aiguiller dans cette voie, s’ils peinent à trouver une solution équitable. Face à ce genre de situation, il peut être tentant d’adopter une solution recourant au hasard, comme un « pierre papier ciseaux », qui peut vite tourner au vinaigre. Au lieu de cela, s’ils se battent pour un jouet, proposez que chacun l’ait en alternance. Pour éviter les « c’est moi commence », celui qui aura le jouet le premier le gardera pendant moins longtemps que le second. 

Si l’enfant a du mal à évacuer sa colère, vous pouvez aussi lui proposer d’exprimer ses sentiments par un autre biais. Ainsi, lorsqu’il est énervé, invitez-le à écrire ou dessiner. Si nécessaire, offrez-lui un petit cahier à cet effet.

Enfin, gardez à l’esprit qu’il est naturel, pour des frères et sœurs de se disputer. Au contraire, il est essentiel qu’un enfant apprenne à s’affirmer et à défendre ses positions. Pas d’inquiétude, donc, si vos chères têtes blondes se rebellent, c’est tout-à-fait normal !