5 conseils pour laisser les enfants jouer et affronter de petits risques

5 conseils pour laisser les enfants jouer et affronter de petits risques

Que ce soit au travers du jeu ou des apprentissages domestiques, les enfants font naturellement leur propre expérience du danger. Guidés par l’insouciance propre à l’enfance, ils expérimentent les divers jeux produits par leur imagination sans borne sans avoir acquis l’expérience des risques.

Grimper aux arbres, glisser sur un toboggan la tête la première ou se tenir debout sur la balançoire, autant d’actions qui suscitent chez les parents des réactions de mises en garde spontanées qui peuvent se révéler être anxiogènes et alarmistes pour les petits. Il est important de comprendre en tant que parents que ces réactions trop vives peuvent faire contre-emploi. Si bien qu’une activité qui se voulait amusante soit considérée comme traumatisante pour l’enfant. 

Ces jeux « dangereux » si utiles à leur croissance

En réalité, ces jeux qui nous paraissent si dangereux sont très utiles pour leur croissance, car l’enfant s’entraîne inconsciemment à affronter les dangers de la vie réelle. Mais pour éviter les drames, il convient d’initier son enfant au danger, sans lui communiquer nos propres phobies.

Voici quelques conseils pour les laisser affronter de petits risques sans vous laisser submerger par l’anxiété :

1. Évitez les cris et les phrases anxiogènes

« Attention, vous allez vous faire mal », « c’est dangereux », « faites un jeu plus calme », « ne courez pas ! » ou « va doucement » sont les phrases types que l’on entend dans les jardins et parcs de jeux. Chacun de nous a eu au moins une fois cette réaction dans sa vie, terrorisé par l’idée que notre progéniture puisse se faire mal.

Mais sommes-nous certains que les freiner dans leur élan à faire des choses dangereuses les empêcherait de se faire mal ? Que du contraire ! Outre lui communiquer votre propre peur, vous faites naitre un sentiment d’insécurité au moment même où il expérimente le danger. La peur engendrerait le résultat que vous souhaitiez éviter.

Selon Peter Gray, professeur de psychologie au Boston College et auteur du livre Libre pour apprendre (Free to learn, titre orginal), les jeux dangereux préservent les enfants des dangers réels, ils sont un entraînement qui leur permettra d’affronter de façon efficace les risques de la vie.

En outre, ces jeux permettent d’expérimenter et donc d’apprendre à gérer des émotions comme la peur, la colère et de leur enseigner la résilience émotionnelle.

De plus, comme explique l’écrivaine anglaise Jay Griffiths, auteure de Un pays appelé enfance (A country called childhood), une enfance sans danger est une enfance d’occasions manquées. Si on empêche les enfants de courir lorsqu’ils sont petits, ils restent infantiles, fermés et dépourvus d’imagination.

2. Laissez-les utiliser des outils dangereux

Faites-lui confiance et enseignez-lui à se servir de ciseaux et couteaux (évidemment en commençant par ceux qui ont les bouts arrondis et non aiguisés).

Le plus important dans ces activités, c’est de lui expliquer comment employer ces outils, de le conscientiser sur le danger potentiel qu’ils représentent en lui expliquant calmement comment éviter les bobos.

En appliquant ce principe, vous les responsabilisez lors de l’usage d’outils potentiellement dangereux et lui évitez de se faire mal avec des objets similaires. Cuisinez ou bricolez ensemble avec pédagogie et bonne humeur est certainement la meilleure façon d’acquérir un savoir-faire en toute sécurité.

3. Prenez vos distances quand vous l’emmenez au parc

Personne ne souhaite voir son enfant se faire mal, mais la meilleure façon d’y parvenir est de lui laisser l’espace nécessaire pour faire ses propres expériences. Aussi, s’il veut faire de la balançoire debout, abstenez-vous (même si c’est dur de refréner une réaction spontanée) de lui crier que c’est dangereux. S’il le fait, c’est probablement qu’il se sent capable de le faire. Par contre, signifiez-lui la présence des autres enfants à proximité et la nature du revêtement de sol qui pourrait le blesser en cas de chute.

4. Laissez-lui un peu de liberté

Travaillez sur votre tranquillité en offrant à votre enfant de plus en plus de liberté au fur et à mesure qu’il grandit et qu’il devient plus sûr de lui. Par exemple, laissez-le partir seul à vélo au parc, quelques minutes avant vous. Plus il y a de risques, plus il y a de responsabilités, ce que votre enfant comprendra.

5. Laissez-le grimper aux arbres

Grimper aux arbres offre de merveilleuses sensations et ce n’est pas aussi dangereux qu’il n’y paraît. En outre, grimper est un excellent exercice pour améliorer la motricité et sa vue de l’espace. De bas, vous pouvez même lui conseiller telle ou telle prise pour faciliter son ascension ou sa descente. À vous d’identifier les arbres propices à l’expérience de l’escalade.

6. Laissez-lui du temps pour jouer librement

Les activités extrascolaires sont excellentes pour découvrir ce qu’on ne fait ni chez soi ni à l’école, mais il est aussi déraisonnable de lui saturer son calendrier hebdomadaire d’activités. En effet, le jeu libre et le temps qui n’est pas organisé par les adultes stimulent la créativité et l’imagination et contribuent au développement harmonieux de l’enfant.