Pourquoi les flamands et les wallons se disputent-ils?

-Pourquoi les flamands et les wallons se disputent-ils?Après les premiers hommes préhistoriques, les peuples qui vivaient dans nos contrées étaient les Gaulois. Puis, Jules César et ses troupes romaines ont envahi nos régions et la Gaule belge est devenue une partie du grand Empire romain, une « province romaine » où petit à petit, de plus en plus de Gaulois se sont mis à vivre et à parler comme les Romains. Ils construisent de grandes fermes, surtout dans le sud de la Belgique. Petit à petit le latin s’est transformé dans des langues différentes selon les régions, comme l’italien, l’espagnol ou le français chez nous.

Au IIIe siècle, mais surtout au IVe siècle, les Romains perdent de leur puissance et les Francs, des tribus venues de l’Allemagne actuelle, en profitent pour entrer dans l’empire et arriver en Belgique. Les nouveaux envahisseurs s’installent partout, mais leur langue ne sera parlée qu’au nord de la Belgique où ils sont plus nombreux. Au sud par contre, ce sont les gens qui parlent le latin qui sont les plus nombreux et là, les Francs vont adopter leur langue. Nous avons donc le nord de la Belgique, c’est-à-dire la Flandre d’aujourd’hui, où l’on parle la langue des Francs qui deviendra le flamand, et le sud de la Belgique où les nouveaux arrivés vont se mettre à parler la langue des Romains, le latin, qui donnera plus tard le wallon et le français.

Par la suite, avec l’influence de la France notre voisine et de son importance pour nous et dans le monde la langue française est devenue la langue du pouvoir, celle qui était parlée par la noblesse. Les Flamands devaient apprendre le français s’ils voulaient entreprendre une carrière administrative. En résumé, les gens riches qui dirigeaient parlaient le français, et les gens pauvres qui devaient obéir parlaient le flamand. Après la Révolution française, la Belgique devint une partie de la France, en 1794, et le flamand est alors carrément interdit même dans l’administration, la justice et l’enseignement.

Les Flamands n’aimaient pas du tout ces occupants français. Plusieurs fois ils se révoltèrent et les punitions furent terribles : des villages flamands entiers massacrés par les Français. Après la défaite de Napoléon, on créa le « Royaume des Pays-Bas », constitué par la réunion de la Hollande et de la Belgique. Et là, c’est exactement l’inverse qui s’est passé : la langue officielle du pays devint le néerlandais, parce que c’était la langue des maîtres de ce nouveau royaume. Toutefois, on pouvait continuer à parler le français dans l’enseignement, dans la justice ou dans l’administration et particulièrement en Wallonie. Mais le français resta la langue dominante presque partout chez les gens riches, chez les Wallons comme chez les Flamands.

L’union entre les deux pays ne dura qu’une quinzaine d’années, car beaucoup d’éléments opposaient les Hollandais et les Belges, qu’ils soient Wallons ou Flamands. Notamment la langue, car aussi étonnant que cela puisse paraître, les Hollandais qui parlaient le néerlandais n’étaient pas compris des Wallons, mais pas plus des Flamands, car les différents patois flamands des campagnes sont très différents qui du néerlandais. De plus, les Hollandais n’étaient pas catholiques comme les Flamands et les Wallons, mais protestants, Pour couronner le tout, ils désavantageaient les Belges dans tous les domaines. Alors, bien sûr, les Belges se révoltèrent contre les Hollandais en 1830, et la Belgique devint indépendante.

Malheureusement, la création de la Belgique n’apporta pas de solution au problème linguistique des Flamands. En effet, même si la loi du nouveau pays prévoyait qu’on était libre d’utiliser la langue de son choix, en réalité, ce fut le français qu’on utilisa comme langue officielle. Pourquoi ? Parce que les nouveaux dirigeants pensaient qu’avec une seule langue, à la place des dialectes flamands et wallons, ce serait bien plus facile de diriger le pays. Pourquoi le français ? Parce que le français marquait bien la différence avec la Hollande, et qu’il était considéré comme la langue de la civilisation et de la culture. Dès lors, au lendemain de l’indépendance, toutes les écoles, les administrations, les tribunaux, etc., n’utilisèrent plus que le français.

La langue française était celle des dirigeants, tant chez les Flamands que chez les Wallons. Les nobles et les gens riches parlaient donc français, tandis que le peuple parlait flamand ou wallon. Dans l’optique des dirigeants, répandre l’usage du français, c’était consolider le nouveau pays belge puisque tout le monde parlerait la même langue. Très tôt, les Flamands se sont battus, d’abord contre le fait qu’on n’utilise que le français, et ensuite pour défendre leurs droits. Le combat dure toujours même si depuis tant d’années, les Flamands ont remporté de nombreuses victoires et récupéré tous leurs droits.