Les Belges ont toujours été de grands inventeurs

Parallèlement à l’Histoire de la Belgique racontée à vos enfants, le site « Je réussis » diffusera une série d’articles consacrés aux inventions de ceux qui nous ont précédé.
Donner le sentiment à vos enfants d’appartenir à une région du monde qui a toujours été performante leur permettra d’être conscient de la valeur du pays, et plus important, de la leur.
Cela leur permettra dès le plus jeune âge de se décomplexer par rapport aux succès d’autres régions du monde et d’envisager leur carrière professionnelle avec assurance et ambition, tant ici qu’à l’étranger.
De plus être conscient de sa valeur, de l’importance de son passé, nourrira leur curiosité pour la culture des autres et d’être ouvert sur le monde et les autres peuples.
Se sentir fort de manière positive permet l’ouverture d’esprit et évite le repli sur soi. Mieux que cela, le droit à la réussite s’inscrira naturellement dans leur personnalité en construction.
Notre plus ancienne invention.
 
Soit vous lui expliquerez cela en prenant une carte de Belgique soit sur place, si un jour vous vous rendez ensemble dans cette charmante petite ville de  22.000 habitants qu’est Arlon, pleine de richesses qui avec Tongres, est l’une de nos plus anciennes villes, le chef-lieu de la province du Luxembourg.
Arlon est née et s'est développée au carrefour de voies romaines et son principal musée, son Musée archéologique,  nous présente des traces nombreuses de cette lointaine époque.
 
Il faut savoir que comme dans l’ensemble de notre pays, vivait là une tribu gauloise dans la région d’Arlon, qui portait alors le nom de Trévire. Ailleurs il y avait entre autre les Éburons, les Aduatiques,  les Nerviens, les Ménapes, les Morins.
Vous pouvez alors jouer à un petit jeux en demandant à votre enfant de citer une invention qui aurait vu le jour chez nous et qui, perfectionnée, est toujours utilisée aujourd’hui.
 
Vous pourrez aussi lui donner au fur et à mesure des indications qui le mettrons sur la voie pour arriver à découvrir que cette invention n’est autre que la moissonneuse batteuse, nommée, puisque c’est eux qui l’ont inventée, «  des Trévires ».
 
Vous lui montrerez alors la représentation de celle-ci :
pierre
 
Vous lui expliquerez que cette invention représentait un grand progrès pour le travail dans les champs en améliorant le rendement et en diminuant la pénibilité car tout le monde, jusque-là, se servait d'une simple petite faucille ou d'une longue faux (dessin : petite faucille  et longue) qui demandait beaucoup de dépenses en énergie et aussi de ramasser le blé sur le sol une fois qu’il était coupé.
 
La moissonneuse des Trévires, elle, était poussée  par un cheval et guidée par un paysan; à l'avant se tenait un aide qui récoltait les épis coupés par les dents et qui s'accumulaient progressivement dans le bac. 
Rendant le travail plus rapide et plus facile.
 
Vous lui situerez aussi le contexte de cette découverte.
En lui montrant la photo, vous lui expliquerez que la moissonneuse est sculptée sur une pierre car à l'époque romaine, les habitants les plus riches étaient enterrés dans des tombeaux sur lesquels on représentait parfois leur profession comme un maître d’école,  un marchand de drap, un soldat ou  notre fameuse moissonneuse des Trévires.
Bien après le départ des Romains, ces monuments se sont abimés, on été détruits et bien souvent, on a récupéré ces pierres pour les utiliser dans d'autres constructions comme des routes, ou encore pour en faire des murs dans de nouveaux bâtiments. Et c'est là qu'on les a fort heureusement retrouvées. 
Mais ces pierres tombales étaient parfois cassées en plusieurs morceaux : trois pour la moissonneuse des Trévires. On en a retrouvé deux seulement.
Mais comme c'était une pièce exceptionnelle illustrant une invention de cette tribu gauloise, des savants ( des archéologues) ont pu reconstituer l'ensemble de ce qui était représenté.
 
C’est donc ainsi que nous avons pu connaître cette invention importante venue d’une de nos anciennes tribus gauloises.
 
731_1_3206
Copyright : Je Réussis - Alain Jourdan