Les guerres entre protestants et catholiques en Belgique

Les guerres entre protestants et catholiques en Belgique

Philippe II, qui a succédé à son père Charles Quint comme roi d’Espagne et souverain des Pays-Bas, continue la lutte contre les protestants. Pour lui, la mort doit punir ceux qui adoptent cette nouvelle façon de vivre la religion. Traînés devant un tribunal, ils sont ensuite brûlés sur un bûcher et leurs biens sont confisqués.

Dans le nord des Dix-sept Provinces, où les protestants sont nombreux, ceux-ci se révoltent et proclament leur indépendance sous le nom de « Provinces-Unies ». Cet État existe encore et est plus connu sous les noms de Pays-Bas et de Hollande.

Dans le sud, la Belgique actuelle, Philippe II, dans sa volonté d’unifier ses possessions, s’attire aussi la colère de ses sujets, car il veut supprimer le droit des provinces de se gouverner elles-mêmes.

Nos régions deviennent un champ de bataille où s’affrontent les Espagnols et les nobles fidèles au roi, d’une part, et ceux qui veulent l’indépendance d’autre part. De plus, les luttes entre catholiques et protestants ne font que compliquer la situation.

Partout, il y a des soldats espagnols mal payés qui, comme ceux représentés ici, se livrent au brigandage et au pillage. À Anvers, par exemple, ils saccagent la ville et massacrent 5. 000 personnes. Tous ces conflits causent la ruine de nos provinces.