L’après-guerre en Belgique

L'après-guerre en Belgique

La Belgique sort très appauvrie de la guerre à cause des destructions dues aux bombardements. Immédiatement, le pays se remet au travail et la situation redevient florissante. Les Belges vont vivre de mieux en mieux. Ils sont protégés par une assurance contre la maladie et l’invalidité.

Ne voulant plus faire de travaux dangereux ou salissants, ils font venir des travailleurs immigrés italiens, turcs, marocains avec leur famille.

En 1949, les femmes obtiennent enfin le droit de vote.

Beaucoup de Belges habitent des maisons confortables, la télévision pénètre petit à petit dans les foyers. Le nombre d’autos qui parcourent les routes, et bientôt les autoroutes, du pays ne cesse de croître. Les Belges peuvent se payer des vacances à l’étranger et de plus en plus d’enfants peuvent faire des études.

En 1957, la Belgique signe, avec la France, l’Allemagne, les Pays-Bas, l’Italie et le Luxembourg, le Traité de Rome qui va donner naissance au Marché Commun, puis à l’Union européenne que nous connaissons aujourd’hui.

En 1958, la Belgique, pour montrer sa bonne santé économique, organise à Bruxelles la première exposition universelle de l’après-guerre. Le symbole de l’Expo 58 est l’Atomium, dont les neuf boules représentent un atome de fer agrandi 165 milliards de fois.

Pour aller plus loin