La révolution industrielle en Belgique

La révolution industrielle en Belgique

Les Belges font de la Belgique un royaume, car tous leurs voisins sont gouvernés par des rois. Il faut aussi un roi qui plaise aux grandes puissances. On pense d’abord au fils du roi de France, mais les Anglais s’y opposent. Le choix se fixe alors sur un prince allemand : Léopold de Saxe-Cobourg-Gotha qui prête serment le 21 juillet 1831. Cette date sera dorénavant celle de notre fête nationale.

La Belgique sera une monarchie constitutionnelle, c’est-à-dire un royaume où le roi doit respecter les lois garantissant les libertés.

La révolution industrielle se poursuit : le textile se développe en Flandre et à Verviers, la métallurgie et les charbonnages en Wallonie.

On voit aussi apparaître les premiers trains à vapeur : la première ligne sera inaugurée entre Bruxelles et Malines en 1835 et, treize ans plus tard, il y aura déjà 850 kilomètres de chemins de fer.

Mais les femmes, comme les « boteresses » et les « cotîresses » de Liège, continueront encore longtemps à porter de lourdes charges.

Cependant, les énormes bénéfices engrangés par les entreprises ne profitent qu’aux riches. Dans les usines et dans les mines, les hommes, les femmes et les enfants, parfois même à partir de six ans, travaillent de douze à quatorze heures par jour. Tout cela pour gagner à peine de quoi survivre dans de misérables logements.

Pour aller plus loin