La Belgique dans les Pays-Bas autrichiens

La Belgique dans les Pays-Bas autrichiens

En 1714, par le jeu des traités, les provinces belges sont placées sous la dépendance des souverains autrichiens.
La Belgique sera connue pendant quatre-vingts ans sous le nom de Pays-Bas autrichiens.

Nos ancêtres ne sont pas plus Autrichiens qu’ils n’étaient Espagnols et continuent à défendre les libertés pour lesquelles ils s’étaient battus.

Mais la situation reste pénible. Les Hollandais gardent le droit de bloquer le port d’Anvers et d’entraver ainsi le commerce.
Ils peuvent aussi maintenir chez nous, pour se défendre contre la France, des forteresses et des soldats que nous devons entretenir.

Les gouverneurs autrichiens, qui tentent d’imposer de nouveaux impôts, contraires aux anciens privilèges du pays, causent un mécontentement général qui provoque des émeutes. Elles seront réprimées dans le sang.

En 1740, la jeune impératrice Marie-Thérèse choisit, pour nous gouverner, son beau-frère, Charles de Lorraine. Leur action bienfaisante a laissé, dans la mémoire des Belges, le souvenir d’un âge d’or.

La torture est interdite. Des écoles sont créées. L’agriculture et l’industrie sont encouragées, et des routes sont tracées. Mais, si les conditions de vie s’améliorent dans les campagnes, les villes connaissent toujours le spectacle de la misère et des épidémies.