Albert Ier, sa vie avant son accident mortel

Albert Ier, sa vie avant son accident mortel

Dès la fin de la guerre, Albert appuie la réforme de la Constitution. Le suffrage universel est instauré : chaque Belge de sexe masculin et âgé de 21 ans peut voter.

Il faut aussi reconstruire et le Roi soutient la création du Fonds National de la Recherche Scientifique dont le but consiste à relancer notre industrie. La Belgique redevient rapidement prospère.

Sous le règne d’Albert, on entreprend de nombreux grands travaux comme le canal qui relie Liège à Anvers et qui porte son nom, des tunnels sous l’Escaut, ou encore la modernisation du port d’Anvers.

Le 17 février 1934, Albert, grand amateur d’alpinisme, part seul pour grimper à Marche-les-Dames, près de Namur. Le chauffeur de l’auto, qui l’attend et ne le voit pas revenir, le cherche partout. Le soir venu, on poursuit les recherches à la lueur des lampes de poche et on finit par retrouver Albert, mort, au pied des rochers. Le pays est stupéfait.

Des témoignages de sympathie arrivent du monde entier.

Le jour de l’enterrement, tous les anciens combattants accompagnent une dernière fois le corps de leur chef.

De son mariage avec Élisabeth, Albert avait eu trois enfants : Léopold, en 1901, Charles en 1903 et Marie-José en 1906.

C’est le premier qui monte sur le trône, le 23 février 1934, sous le nom de Léopold III.