Vivra-t-on un jour ailleurs que sur la terre ?

On entend souvent, dans les médias, les scientifiques parler de planètes lointaines qui pourraient convenir pour que l’homme y vive. En même temps, on parle souvent des ressources de notre planète qui s’épuisent. Et si les hommes quittaient en masse la terre ?

Trop de monde, ressources insuffisantes, ce serait la solution, non ? D’autant plus que notre Soleil doit briller encore pen­dant quelque 5 milliards d'années, autant de temps que depuis sa naissance, avant de s’éteindre.  Qui sait si d’ici là des engins de plus en plus perfectionnés verront le jour? 

Le nombre de planètes habitables dans l’Univers donne le tournis : 10 000 milliards de milliards ! C’est le nombre de gouttes d’eau dans tous les océans du monde ; c’est le nombre de grains de sable sur Terre ; et c'est... le nombre de planètes habitables dans l’Univers. “Habitables” ? C’est que, pour les astronomes, qui dit vie extraterrestre, dit avant toute chose planète gravitant pile à la bonne distance de son étoile pour pouvoir abriter à sa surface de l’eau liquide, déclarée source universelle de vie. De fait, trop proches de leur soleil, les planètes verront leur eau s’évaporer sous forme gazeuse ; trop lointaines, elles ne pourront qu’être glacées... Et voilà que les scientifiques viennent d’évaluer que ce sont au total 10 000 000 000 000 000 000 000 de corps rocheux qui gravitent juste entre les deux, à distance idéale de leur étoile. Et si ce nombre donne le tournis, ce n’est pas seulement à cause de ses vingt-deux zéros : il signifie que les planètes habitables ne sont pas l'exception dans le Cosmos... mais la règle.

Contrairement à l’idée acquise, notre petite planète bleue ne serait pas unique, ni même rare, mais posséderait en réalité une multitude de petites sœurs. Après avoir été longtemps sceptiques, les astronomes se rallient aujourd’hui majoritairement à cette conviction : la vie extraterrestre pourrait être commune    Pourtant, actuellement, rien ne permet de penser que nous allons tous partir ailleurs ; notre corps n'est pas adapté à la vie dans l'espace, nos techniques de transport ne sont absolument pas appro­priées. Il nous faut vivre sur notre Terre, unique et finalement assez grande, les uns à côté des autres. Et pour longtemps.

Commençons donc par faire attention à nos ressources, à ne pas abimer cette planète qui nous a vus naitre et qui mérite bien qu’on la respecte.