1 an après le 22 mars, comment en parler aux enfants ?

Le 22 mars 2017, cela fera un an que de terribles attentats ont frappé notre capitale, des commémorations ont lieu un peu partout dans le pays et sont médiatisées toute la journée. Votre enfant aura certainement l’occasion d’en entendre parler, ne fût-ce qu’à l’école. Si vous n’avez pas eu l’occasion d’en parler avec lui l’an passé, voici ce que vous pouvez lui dire...

Parlez des attentats à vos enfants, n’attendez pas qu’ils viennent eux-mêmes vous en parler. Parfois, les enfants n’expriment pas leurs émotions, voir des images de l’an passé peut non seulement les affoler, mais ils peuvent aussi penser que ces images sont filmées en tant réel. Il est nécessaire de les tranquilliser et de leur expliquer. Vous pouvez également leur demander ce qu’ils savent déjà et ce qu’ils ont entendu.

Restez serein. Si l’émotion vous envahit, votre enfant la ressentira. Si vous restez calme, votre enfant aura le sentiment que si des attentats venaient à ressurgir, ses parents seraient là pour le protéger.

Posez des questions concrètes. Demandez à votre enfant ce qu’il a entendu et ce qu’il ressent. Si votre enfant ne semble pas plus anxieux que cela, n’insistez pas, mais dites-lui bien que vous êtes là pour répondre à ses questions.

Soyez honnête. Répondez à toutes les questions de vos enfants, il n’est pas « trop jeune pour comprendre ». Partez du principe qu’un enfant qui pose une question a le droit d’en entendre la réponse. Si vous fuyez les questions, votre enfant s’en inquiétera d’autant plus.

Utilisez un langage simple et adapté à votre enfant.

Prenez le temps d’en parler, que ce soit à table ou dans la voiture. N’esquivez pas les questions sous prétexte que vous « n’avez pas le temps ».

Soyez transparent, ne cachez pas d’informations, mais n’hésitez pas à dire à vos enfants que vous ne connaissez pas les réponses, si c’est le cas. Ne cachez pas non plus vos propres sentiments, mais ne demandez pas à votre enfant de vous consoler !

Rassurez votre enfant, contextualisez les faits pour que votre enfant ne pense pas que tout le monde est un terroriste potentiel ! Montrez à vos enfants que beaucoup de gens sont prêts à s’entraider et à s’aider, vous avez certainement un exemple pour cela.

Apprenez à votre enfant à faire confiance aux adultes, à demander de l’aide s’ils en ont besoin et à ne pas diaboliser les gens qu’il ne connait pas.

Laissez le sujet ouvert, dites à votre enfant que vous restez à sa disposition s’il a d’autres questions.

Ne changez pas votre routine, cela risque de paniquer votre enfant !

Soyez attentif aux moindres signes, si votre enfant devient anxieux, n’hésitez pas à en parler avec lui !